jeudi, juillet 23, 2015

Goldnadel chez Bilger

Voici mon commentaire chez Philippe Bilger :

**********
Je ne suis pas d'accord avec lui sur la double allégeance. Je pense que l'avion bon marché, la télévision par satellite, le commerce mondialisé changent la donne : ils permettent de vivre et de penser ici comme si on était encore là bas et enveniment le problème.

Pour le reste, je suis d'accord.

Y compris sur Israël : je pense que la création de l'Etat d'Israël fut une erreur, mais que, aujourd'hui, défendre Israël, c'est défendre l'Occident et donc la France Et que, inversement, attaquer Israël, c'est attaquer l'Occident et donc la France. C'est toujours le problème des marches et des limes : ils sont aux confins, on s'en fout un peu, mais s'ils tombent, Rome et Byzance finissent par tomber, longtemps après, certes, mais on a le droit de prévoir, de se projeter loin dans le temps, bref d'être intelligent, l'instinct de survie devrait nous y pousser.
**********
J'ajoute que j'ai apprécié son rappel sur le bonheur privé de Raymond Aron, mais il ne va pas jusqu'au bout : Aron explique qu'il a pu être un jeune adulte heureux dans le privé malgré les progrès du nazisme mais que la défaite de 1940 a introduit un élément de fragilité et de doute si profond qu'il a rendu le retour du bonheur privé d'avant-guerre impossible. Tout le bonheur privé d'après-guerre était souillé par l'expérience vécue que le ciel pouvait vous tomber sur la tête.


Aucun commentaire: