dimanche, août 16, 2015

La légende des expats' qui viennent se faire soigner en France

Je ne peux m'empêcher de vous copier ce savoureux commentaire de Bob pêché chez Philippe Bilger :


@Paul Duret | 16 août 2015 à 15:59

"Malheureusement, tout le monde donne le mauvais exemple... les riches partent en Suisse ou en Belgique tout en continuant à se faire soigner en France."
Pouvez-vous nous expliquer d'où vous tenez cela ? Cela me paraît plus relever du fantasme franchouillardo-communiste que d'autre chose (note aux gros malins de ce blog : on peut très bien voter UMP et penser comme un communiste ; c'est même fréquent).
Pour commencer, pouvez-vous préciser ce que vous entendez par se faire soigner en France ? Cela veut-il dire : se faire soigner en France, en volant son médecin car en ne le payant pas, ou en ne payant pas l'assurance-maladie qui réglerait la note ? Ce serait en effet regrettable, mais quelque chose me dit que cela n'arrive pour ainsi dire jamais. Les riches qui se font soigner en France en laissant l'Etat régler la facture ont plutôt tendance à être algériens ou saoudiens, voyez-vous.
Cela veut-il dire : se faire soigner en France, en payant son médecin par le biais de la Sécurité sociale, que l'on financerait par ses cotisations de Sécurité sociale ? Si c'est le cas, qu'est-ce que ça peut bien vous faire, et en quoi serait-ce un mauvais exemple ?
Cela veut-il dire : se faire soigner en France, en payant son médecin par le biais d'une assurance-maladie étrangère, que l'on financerait par ses primes d'assurance ? Dans ce cas, en quoi est-ce que cela vous défrise, et en quoi même est-ce que cela vous regarde ?
Cela veut-il dire : se faire soigner en France, en payant son médecin de sa poche ? Si c'est le cas, encore une fois, où est le problème ? Vous voulez empêcher les médecins de gagner leur vie ?
Cette figure de rhétorique récurrente dans la conversation de comptoir française est essentiellement basée sur deux mythes :
1. La France est le seul pays au monde qui pratique la médecine. Partout ailleurs, les gens crèvent du cancer au coin des rues, les médecins sont des charlatans, les hôpitaux ressemblent à des bidonvilles et l'assurance-maladie est un concept inconnu.
En conséquence, quiconque quitte la Frônce revient ventre à terre pour s'y faire soigner. Il est absolument inconcevable qu'on se fasse soigner à l'étranger, puisqu'à l'étranger, par définition, ce sont des pays de sauvages (souvent anglo-saxons - comme la Belgique et la Suisse).
2. La sainte, belle et douce Sécurité sociale soigne les Français gratuitement. Les médecins sont bénévoles, et le boucher fournit son steack gratuitement aux infirmières puisqu'elles travaillent pour rien. Il arrive (rarement) que les médecins soient payés, mais alors la Sécu fait tourner une ronéo dans sa cave pour imprimer des billets de mille (ce qui rappelle le Conseil national de la Résistance et son noble "programme").
Finalement, j'ose espérer que vous ne considérez pas le fait de s'établir où on le désire dans le monde comme un mauvais exemple. Ca s'appelle la liberté, figurez-vous. Oui, je sais, c'est assez mal vu en pays communiste.



Pour ma part, les seuls exemples que je connaisse de Français de l'étranger qui viennent se faire soigner en France sont des gens voulant échapper au NHS anglais, système entièrement étatisé, communiste quoi. Et ce n'est pas un problème s'ils ont payé leurs cotisations.

Et probablement que les «riches Français» revenant se faire soigner en France s'il y en a, parce que l'assurance-maladie n'existerait pas à l'étranger, veulent tout bêtement être avec leur famille dans la maladie.

Aucun commentaire: