mardi, septembre 08, 2015

Femmes chrétiennes et yézidies : les grandes oubliées de l'Europe

Femmes chrétiennes et yézidies : les grandes oubliées de l'Europe

Toujours cette préférence suicidaire des enfoirés de nos classes dirigeantes (qui ne sont vraiment plus des élites - voir la citation de Michel Rocard) pour les exotiques, ceux qui nous ressemblent le moins.

Les salauds !

***************
Pour tout dire, j'ai atteint un tel niveau d'écœurement et de nausée politique, le paroxysme de la nausée politique et de l'écœurement, que ce matin, j'avais envie de me taire. De grandes vagues de migrants, composées pour l'essentiel d'hommes en âge de combattre, venus de Syrie et d'Irak, fuient le chaos et laissent derrière eux une poignée de femmes, Yézidies, prendre les armes contre Daesh et tenter résister.

Des femmes se battent et des hommes se cassent. Bien, hein? Et l'Europe officielle, médiatique, verse des larmes d'émotion en leur ouvrant ses portes. Des faits d'une barbarie épouvantable se produisent là-bas: marché aux esclaves sexuelles yézidies et celles qui refusent le viol sont exécutées. Et l'Europe soi-disant humaniste laisse faire en gesticulant. Et ils sont où les féministes? Et ils sont où les défenseurs des droits de l'homme? L'Europe suinte d'hypocrisie, de lâcheté, d'aveuglement, à un point qui soulève le cœur. Qu'on laisse faire une chose pareille, une telle barbarie, sans envoyer les armées européennes et occidentales est la honte absolue, une honte criminelle. La politique est morte, la volonté d'agir, de choisir, de décider, totalement morte, crevée comme un vieux pneu, remplacée par un moralisme bien pensant de la pire espèce porté par des pitres de bas étages.

[…]

Dans le grand vent du conformisme médiatique, ce conformisme méchant, atrabilaire, haineux, les voix de l'intelligence, de l'esprit critique du courage, de la résistance sont interdites d'antenne. Il faut vraiment bien fouiller sur Internet pour les trouver en ce moment (Onfray, Bruckner, Le Goff). Moi, je dis qu'une Europe, voire même un monde occidental, qui tolère en laissant faire, à deux pas de ses frontières, par aveuglement, par bêtise et par lâcheté, la résurgence d'un marché aux esclaves sexuelles - car je suis désolé, on ne fait strictement rien pour l'empêcher - et qui s'enivre de bons sentiments et de bonne conscience en abolissant soudain de facto ses frontières, est une Europe à la dérive, une Europe qui fuit le réel, une Europe qui baigne dans l'hypocrisie, la tartufferie, les bons sentiments et la bonne conscience, la lâcheté, une Europe qui est en train de se livrer, pieds et poings liés, à une nouvelle forme de soumission et de totalitarisme de la pire espèce, une Europe en fin de course qui se prépare aux pires malheurs pour elle-même. Mais j'ai trop parlé. J'avais envie de me taire. Je ferais mieux de me taire, comme tout le monde. Je vais finir par m'attirer des ennuis et me prendre une avalanche de haine. Et puis, le silence est plus parlant que bien des révoltes. «Ceux qui se taisent, les seuls dont la parole compte» (Péguy).
***************

Je suis beaucoup moins d'accord avec ce texte, mais sa conclusion est juste :

L'Europe allemande court à sa perte

***************
La tutelle allemande sur l'Europe, faute d'un contre-poids français conséquent, commence à peser lourd. L'Europe de l'Est gronde. Les élargissements de 2004 ont replacé l'Allemagne au centre: la Mitteleuropa, cette Europe allemande version Merkel. La France et le Royaume-Uni, dont le droit du sol est attractif, ont tout intérêt à reformer «la petite entente» des années 20. A condition que François Hollande et David Cameron soient moins pusillanimes que Chamberlain et Daladier. Si l'Europe ne parvient pas à ramener l'Allemagne à la raison, cette dernière l'entraînera une nouvelle fois dans sa chute.
***************

Aide à l'Eglise en Détresse





Aucun commentaire: