dimanche, octobre 25, 2015

Y a-t-il quelque chose à tirer des hommes ?

Is There Anything Good About Men?

Vous lirez cet article transmis par Curmu (serial-commentateur bien connu).

Je résume et j'ajoute entre crochets des commentaires de mon cru :

♘ d'après les sondages, 80 à 90 % des gens pensent que les femmes ont plus de qualités que les hommes. Il sort des tas d'articles et de livres pour nous demander à quoi servent les hommes et répondre «Pas à grand chose». C'est une inversion spectaculaire par rapport aux idées courantes il y a seulement cinquante ou soixante ans. [Cela se traduit aussi dans les comportements. Elles font  «des bébés toutes seules», considérant les hommes comme de simples instruments de fécondation qu'on peut jeter ensuite].

♘ les «inégalités hommes-femmes», sous-entendu, au détriment des femmes, sont une illusion statistique. Oui, il y a plus d'hommes PDG, mais il y a aussi plus d'hommes en prison. Il y a plus d'hommes Prix Nobel, mais il y aussi plus d'hommes avec un QI d'huitre. Bref, les capacités des hommes sont étalés  sur un spectre plus large, d'où l'illusion, si l'on regarde exclusivement vers le haut qu'il y a un déséquilibre. Mais si l'on regardait exclusivement vers le bas, on dirait que les hommes sont défavorisés.

♘ les femmes sont plus adaptées à la sociabilité des micro-sociétés, la famille par exemple (voir les explications dans l'article). Les hommes sont plus adaptés aux plus grandes sociétés, plus anonymes, parce que l'homme doit conquérir une place, il est dans une situation plus incertaine (on dit à un garçon «Sois un homme», jamais à une fille «Sois une femme»). Par exemple, il n'y a pas photo en matière de créativité, s'il n'y a pas de Mozart féminin, ce n'est pas à cause d'un affreux machisme. Il y avait beaucoup  plus de jeunes filles apprenant le piano au XIXème siècle que de jeunes garçons, pourtant, la révolution musicale est venue de descendants mâles d'esclaves dans des milieux peu équipés.

♘ en conclusion, les hommes et les femmes sont complémentaires. [Quelle découverte ! Il faut vraiment avoir le cerveau malade des intellos à la gomme qui colonisent nos sociétés pour ne pas le comprendre et l'orgueil tout aussi malade des mêmes intellos pour tout remettre en cause. Ah, que le bon sens de nos grands-parents me manque.]

♘ J'ajoute ma conclusion. Une société entièrement viril, c'est Sparte, dont il ne reste rien et qui ne nous a rien laissé. Mais une société entièrement féminine, c'est notre société et ce n'est pas plus joli que Sparte : dictature du caprice, culture de l'excuse, anarchie par faiblesse des forces de l'ordre, violence égoïste d'enfants gâtés, oppression maternante, étouffement de la fantaisie, peur de la liberté, frilosité de la précaution permanente, suicide démographique, création zéro, chefs d'oeuvre nada.


Allez, un dessin trouvé sur le site de Dutton, sur un sujet connexe (les lubies bobos) :




Aucun commentaire: