dimanche, janvier 31, 2016

Les filles au moyen-âge

Film à la Rohmer. Le réalisateur est producteur, compositeur et un tas d'autres petits boulots. Le reste de l'équipe, c'est la famille et les copains.

Dans une banlieue pavillonnaire assez sordide, trois garçons, la dizaine d'années,  jouent à un jeu video pseudo-médiéval et en profitent pour insulter les trois filles.

Le grand-père rétablit l'ordre et la vérité sur la condition féminine au moyen-âge dans des saynètes jouées par les enfants. Bien entendu, nous sommes à mille lieues des films  bobos-gauchos, homsexualistes, immigrationnistes, narcissiques, misérabilistes, tripote-pipi ou même féministes, toute la foutaise à thèse.

C'est mignon comme tout. Avec une touche d'humour décalé tout à fait bienvenue.

Allez le voir. J'ai envie que ce film marche. Il le mérite.





Addendum : la critique de Valeurs Actuelles


Quand la femme était vénérée

Quand la femme était vénérée Par Laurent Dandrieu (1)

On n’est plus au Moyen Âge ! Et c’est parfois bien dommage, quand on songe au respect que cette époque réputée obscure avait su témoigner à la femme…

A notre époque confuse entre toutes, des féministes peuvent partir en guerre contre un festival de BD (celui d’Angoulême, du 28 au 31 janvier), coupable d’avoir omis de glisser des noms féminins dans la liste de ses lauréats potentiels, et se taire d’un silence assourdissant quand des centaines de femmes sont la proie de prédateurs sexuels dans un pays voisin. Le cache-sexe de la parité dissimule de plus en plus mal la démission générale devant la régression de la protection accordée aux femmes et à leur droit d’aller et venir où et quand bon leur semble sans être insultées, harcelées, molestées.

Cette époque se vit pourtant comme un âge d’or de la condition féminine, chèrement conquis sur l’obscurantisme passé. À ceux qui partagent cette idée reçue, on ne saura trop conseiller d’aller voir un étrange et délicieux ovni cinématographique, les Filles au Moyen Âge, d’Hubert Viel. Outre le plaisir malicieux qu’ils y prendront, ils pourront revenir à la source même de ce qui constitue la fondamentale originalité de la société occidentale dans les rapports entre les sexes.

L’histoire se passe un jour d’anniversaire, avec des enfants qui veulent jouer au Moyen Âge : pour les garçons, ça consiste à occire tout ce qui bouge et, pour les filles, à servir de proies aux seigneurs. Tout faux ! intervient le grand-père, interprété avec gourmandise par Michael Lonsdale. Tandis qu’il rétablit la vérité, une suite de saynètes hilarantes, jouées par les enfants avec leur propre vocabulaire, remettent l’histoire à l’endroit, et notamment comment, en reconnaissant Marie comme mère de Dieu, le concile d’Éphèse (431) a bouleversé le regard porté sur les femmes : « Il est scandaleux de traiter les femmes comme nous le faisons ! On a complètement déconné ! », conclut un saint Cyrille d’Alexandrie joué par un bout de chou de 10 ans à la fausse moustache. Et les petits comédiens d’égrener en jouant les conséquences concrètes de cette révolution : comment les femmes créèrent des écoles et des hôpitaux gratuits, comment l’amour courtois les fit régner sur le coeur des hommes, comment de grandes figures, de Hildegarde de Bingen à Jeanne d’Arc, bouleversèrent l’histoire et les connaissances…

Audacieux dans sa forme très libre, le film l’est aussi dans son propos, fantaisiste par son énonciation mais sérieusement étayé par les études de Régine Pernoud (la Femme au temps des cathédrales) ou de Jacques Heers (le Moyen Âge, une imposture). Dans une interview, Hubert Viel n’hésite pas à voir dans le Christ l’initiateur de ce respect de la femme qu’a témoigné le Moyen Âge : « Imiter le Christ, c’était la loi, le code civil de l’époque. […] Montrer une apparition christique à l’écran, c’est marquer la rupture avec l’Antiquité […] où les femmes étaient mineures et sous tutelle à vie. » Ni à dénoncer, à notre époque, « une forme de féminisme radical qui n’en est pas un et qui n’est qu’un libéralisme déguisé » : « Lorsque les Femen ont envahi Notre-Dame de Paris, je me suis dit qu’elles n’avaient rien compris car cette cathédrale dédiée à une femme a été bâtie à l’époque même de la puissance des femmes. »

La puissance des femmes au Moyen Âge, la biographie qu’André Vauchez consacre à Catherine de Sienne (1347-1380) en donne un saisissant exemple : voilà une simple fille de teinturier, qui, sans même embrasser la vocation religieuse, non seulement devient l’une des grandes figures mystiques de son temps, mais intervient avec autorité et véhémence dans les affaires temporelles, admonestant rois et princes de l’Église, allant jusqu’à menacer le pape des foudres du ciel s’il ne s’attaque pas avec vigueur à la corruption de son clergé. Et loin de la traiter de folle, on l’a canonisée moins d’un siècle après sa mort. Cette puissance des femmes dans l’Occident médiéval, dont Catherine n’est qu’un exemple, voilà bien l’un des fruits les plus étonnants et les plus merveilleux de la révolution chrétienne.

Les Filles au Moyen Âge, d’Hubert Viel, en salles le 27 janvier. Catherine de Sienne, d’André Vauchez, Cerf, 256 pages, 24 €.


Addendum :

Les Filles au Moyen Âge: c'est toi l'obscurantiste !

À la fin du film, une scène charmante montre deux enfants, le petit garçon en business man agitant sa cigarette électronique et Mélisande, jeune princesse échouée dans notre temps. «Je sais coudre, chanter, je parle hébreu, grec et latin», lui dit la petite princesse sur le parking d'un supermarché. «Je peux t'offrir un CDD en service après-vente chez Darty» lui répond le gamin, après avoir mûrement réfléchi. On mesure alors avec un sourire amer tout ce que le «progrès» a fait gagner aux femmes et aux hommes de notre temps. Les moissonneuses-batteuses et les autoroutes, les caissières et les 35h ont remplacé le rythme des saisons et l'accord avec la nature qui régnait aux temps médiévaux.

«L'esprit d'enfance va juger le monde», écrivait Bernanos. Par ce film exquis, Hubert Viel ne fait pas que rétablir une vérité historique, il juge aussi notre époque. Par la voix de l'enfance. L'enfance des jeunes acteurs, touchants de spontanéité. L'enfance de notre histoire, le Moyen-Âge, berceau tendre et radieux noirci par une civilisation qui a pris en goût la haine des origines. On se souvient des mots que met André Frossard dans la bouche de Lucifer dans Les trente-six preuves de l'existence du diable: «Qualifier d'obscur ce carrousel permanent de couleurs et d'extravagances empanachées était un peu gros, mais avec vous la subtilité ne paie pas. Des générations de cornichons macérés dans vos établissements scolaires se sont représenté le Moyen-Âge sous l'aspect d'un tunnel rempli de chauve-souris…». Que ceux qui croient que la subtilité paie se ruent dans les quelques salles qui passent encore ce film charmant. Ils en auront pour leur argent.





Aucun commentaire: