dimanche, mars 06, 2016

La tyrannie, c'est maintenant !

Auray. Des élèves auditionnés par la gendarmerie après un cours sur la Russie

Il faut se pincer pour croire qu'on parle de la France de 2016.

C'est marrant, je n'entends aucun des rebellocrates certifiés, antifascistes avec 70 ans de retard, crier aux Heures Les Plus Sombres De Notre Histoire. Comme c'est étrange. Pourtant, cette réaction serait parfaitement justifiée à cette occasion.

Et qu'on ne ne nous fasse pas le coup du malheureux excès de zèle d'un lampiste. Un excès de zèle, c'est encore aller dans le sens qui vous est demandé. Et il n'est pas de coutume que les pandores brillent par leur originalité et leurs initiatives, ils seraient plutôt du genre fayot. D'ailleurs, c'est tout à fait clair dans l'article puisque les cognes prennent prétexte des crimes-pensée (1) qu'on nous serinent depuis des décennies, ils ne sont donc pas à contre-courant.

Quand je vous disais en 2012 (2) que François Hollande, mou, tordu, faux, dépourvu d'affect et idéologue comme il est, avait toutes les caractéristiques d'un tyran potentiel, certains avaient trouvé que j'exagérais. Evidemment, quand on n'a pas envie de se sortir les doigts du cul pour combattre le loup, on trouve toujours que celui qui crie « Au loup ! » exagère. Et Hollande a à son service des millions d'idéologues, endoctrinés par des décennies de socialisme scolaire, médiatique et politique, persuadés qu'ils représentent le Bien et que la fin justifie les moyens.

Des phrases comme « Les méchants prospèrent sur la passivité des hommes de bonne volonté » ou « La tyrannie s'installe par petits pas, de renonciation en renonciation »nous paraissent abstraites, générales, puis on s'aperçoit tout à coup qu'on y est. Souvent un peu tard.

Je rappelle à cette occasion l'éléphant au milieu de la pièce : il n'y a pas du tout besoin de l'état d'urgence pour combattre le terrorisme islamique. En revanche, il est très utile pour intimider les Français qui contestent le pouvoir socialiste.

Nota : la dictature peut être légitime, c'est la dictature encadrée des Romains, la tyrannie jamais.

**********
(1) : je suis même prêt à admettre que les propos de ce professeur soient contestables, puisque je ne les connais pas. Mais c'est aux parents et à sa hiérarchie d'intervenir, pas aux gendarmes. C'est toute la différence entre pays libre et tyrannie.

(2) : Pourquoi j'ai peur de François Hollande et Hollandeet faux candidat «normal» et vrai idéologue













Aucun commentaire: