dimanche, avril 03, 2016

La fête du bruit

Non, je ne parle pas de la manifestation stupide créée par Jack Lang pour traumatiser des générations de mélomanes, qui n'avaient rien fait pour mériter une telle horreur (à part être d'affreux « bourgeois » ?).

Je parle de la première guerre mondiale.

En effet, les combattants les plus sensibles, je pense à Apollinaire et à d'autres poètes et musiciens, ont très bien décrit le fait que la guerre n'est pas seulement atroce et ennuyeuse. Elle est aussi exaltante et belle.

Aucun feu d'artifice du 14 juillet ne vaudra jamais une attaque de nuit en 1918. C'est une symphonie fantastique comme la paix ne pourra jamais en offrir. D'autant plus que le stress accroit les capacités sensorielles des acteurs.

Je trouve que nos commémorations victimaires et misérabilistes empêchent de comprendre la guerre, c'est pourquoi je me permets de rétablir des éléments qui peuvent servir à s'imaginer la vie des combattants.

Je n'ai pas trouvé de film de la première guerre mondiale à vous montrer. En revanche, ce film sur les attaques kamikaze en 1945 rend assez bien ce que j'essaie de vous faire passer :


Aucun commentaire: