lundi, juin 27, 2016

Européisme : tous les coups sont permis

Délires post-Brexit ou le trou noir de la pensée

Derrière les délires post-Brexit à la BHL, il y a quelque chose de très concret : les cosmopolites, dont les européistes ne sont qu'une variante, ont peur de perdre leur pouvoir et c'est beaucoup, beaucoup d'argent. La commission de Bruxelles brasse des centaines de milliards.

Alors tous les coups sont permis, une théorie anti-démocratique, celle qui traite ses ennemis de populistes, est en place depuis longtemps. Elle s'exprime de plus en plus ouvertement pour dire qu'il ne faut pas demander son avis aux peuples, qu'ils répondent à coté, ou mal, que c'est immoral de demander son avis aux peuples, malséant, mal venu, quasi-nazi (car, c'est bien connu, Hitler a été élu).

Et quand il y a autant de pouvoir et de milliards en jeu, tout est permis. Certains rigolaient en disant que, à l'instar des lois Pleven, Gayssot, Taubira, on allait un jour passer une loi interdisant de critiquer le projet européiste. Mais on n'en est vraiment plus très loin. J'imagine assez bien l'examen de tout argument anti-UE par une commission d'experts « impartiaux » sous prétexte d'apaiser le débat.

Je réitère ma prédiction. La clé de tout, ce qui tient le Système, ce sont les impôts et les dettes. Le Système s'effondrera par le manque de rentrées fiscales et de créanciers. Alors, toutes les lois-baillons ne serviront à rien.


Aucun commentaire: