jeudi, juin 30, 2016

Un article sur le Brexit

Le Brexit en sept questions

Je me suis amusé à souligner (gras bleu).

***********
Jusqu'en 1940, contester le bien fondé de la ligne Maginot était inconcevable. Imaginer qu'elle pourrait être contournée faisait de vous un hurluberbu.

Les gens bien, les spécialistes, les experts, a fortiori les dirigeants ne questionnaient pas le dogme de l'invincibilité de l'armée française qui se confondait avec celui de la supériorité de la stratégie défensive sur la stratégie offensive. En 1958, l'idée que l'Algérie n'était pas la France n'était partagée que par une poignée d'extrémistes. Le rapatriement de millions de pieds-noirs était tout simplement impensable. Le caractère inéluctable de l'UE rentre dans cette catégorie de totem et tabou.

Toute classe dirigeante est conformiste, y appartenir suppose de partager les convictions qui lui servent d'auto justification. Ces convictions forment des «paradigmes historiques». La croyance dans l'unification européenne forme un paradigme historique.

En général, les dirigeants tiennent à leurs paradigmes plus qu'ils ne tiennent à leurs pouvoirs. 

Contrairement à ce que croient les marxistes et les libéraux, les puissants perdent souvent leur pouvoir parce qu'ils refusent de remettre en cause les convictions qui le fondent. Et c'est la raison pour laquelle, lorsque les faits ou la réalité viennent contredire et parfois percuter ce paradigme, les dirigeants sont victimes de ce que les économistes appellent un « aveuglement au désastre ». Zeus aveugle les mortels qu'il veut perdre.

La classe dirigeante européenne en est là par rapport à l'Europe. La plupart de nos dirigeants (la tribune de BHL en offre une illustration caricaturale) continuent à tenir les eurosceptiques pour de dangereux fauteurs de guerre et à croire que le ciel des marchés va tomber sur la tête des souverainistes.

Au fond, qu'est-ce que l'Union européenne ?

Une utopie.

[…]

L'Europe, c'est un effort titanesque pour s'attacher les uns aux autres afin de ne plus rien vouloir, ni pouvoir ensemble. L'UE, c'est un club d'ex-alcooliques qui cassent leurs verres et leurs bouteilles afin d'être certains qu'ils ne toucheront plus jamais une goutte d'alcool. Plus jamais ça : plus de raison d'État, plus d'armée, plus de budget, plus d'impôt, plus de démocratie directe, plus de frontière, plus d'assimilation des migrants : une monnaie au service des marchés et le multiculturalisme et l'armée américaine pour tous.

[…]

Pourquoi les Britanniques ne croient plus dans cette utopie ?


Ils n'y ont jamais cru.

[…]

Ces pays fondateurs peuvent-il avancer plus loin entre eux et créer un noyau dur ?

Les dirigeants en rêvent et une part de plus en plus importante de l'opinion de certains de ces pays en cauchemarde.

L'Allemagne est militairement et démocratiquement traumatisé et perçoit l'immigrant comme un rédempteur, elle est prête à accélérer. Pour des raisons qui leur sont propres, les Luxembourgeois et les Belges n'ont pas grand-chose à sacrifier en sacrifiant leur souveraineté. Le nationalisme italien a été moins ébranlé par le fascisme que le chauvinisme allemand mais n'est pas sorti indemne de son exaltation par Mussolini. C'est aussi un État-nation récent et donc fragile qui n'hésitera pas à se dissoudre. La fécondité de ces peuples décline rapidement et de manière inexorable (les politiques natalistes ayant été fortement délégitimées par les pratiques des régimes totalitaires dans ce domaine). Si la loi de l'hystérèse [loi de l'hystérèse : effet de latence, un effet persiste même quand sa cause a disparu] se vérifie, l'Allemagne, l'Autriche, la Roumanie et les anciens pays de l'axe resteront longtemps arc-boutés sur un projet de dépassement de l'État-nation et de la volonté populaire par l'Europe.

Le projet européen perdurera. Il y aura une vaste confédération helvétique à échelle continentale, maison de retraite historique pour peuples fatigués, pacifistes et bien décidés à gérer et leur rente économique et leur déclin démographique. Rappelons que la France gagne 500 000 habitants chaque année tandis que l'Allemagne en perd 500 0000.

Le Frexit est-il probable ?

Il n'est pas seulement probable, il est inévitable même s'il sera plus long à venir.

[…]

Avec l'élection de Giscard qui explique à la France qu'elle est devenue une puissance moyenne (1974) avec la diffusion du feuilleton Holocauste (1978), un processus de culpabilité nationale s'est mis en marche qui culmine avec le discours de Chirac au Vel d'Hiv (1995). Le Français était devenu Dupont-Lajoie. Un collabo, un pétainiste, un beauf. Surtout s'il était pauvre et peu éduqué. L'Europe a alors pu s'imposer comme une sorte de piscine purificatrice éliminant les souillures historiques. Le Frexit ne surviendra que lorsque la vérité sur cette époque s'imposera. Et le noyau perce déjà l'écorce: les historiens s'accordent pour considérer que les Français furent un temps bernés par Pétain en sa qualité de vieux lutteur anti-germanique et puis ils passèrent le reste de la guerre effarés par les crimes de l'occupant, pestant contre un régime qu'ils n'avaient pas choisi et laissant leur joie exulter à la libération. Moralement, les Français ne furent jamais du côté des nazis. La chouette de Minerve prend son envol à la tombée de la nuit. Nous ne sommes pas très loin de cette prise de conscience qui va déchirer le drapeau européen comme un voile obscurcissant l'avenir. 

L'enjeu est là pour les Français : ne plus être symboliquement et moralement assimilés aux Allemands (l'alignement moral a été un préalable à l'alignement monétaire qui s'est réalisé dans la douleur avec la désinflation compétitive et qui se poursuit avec l'austérité) et ce travail est presque terminé. Aux lendemains du 13 novembre, nous avons éprouvé une fierté à brandir le drapeau tricolore et au-delà, que face à l'adversité, nous devions assumer un destin grand et singulier. En revanche, nous ne croyons pas encore que nous avons en nous les ressources suffisantes pour exister sur un plan technologique, économique, militaire et même onirique (on domine aussi par les rêves) face à la mondialisation américaine ou chinoise.
***********

Aucun commentaire: