vendredi, août 26, 2016

Manipulation politique : le burkini

La manipulation politique est constante. Aucun débat n’est posé de manière franche, droite et adulte.

La manipulation la plus employée est le détournement d’attention. Par exemple, un politicien évoque un sujet important (l’Europe, l’immigration, la culture du chou-fleur en Bretagne, etc.) et, hop, les medias détournent l’attention avec « Est-ce que vous n’avez-t-il pas l’impression (c’est le journaliste qui parle) de faire le jeu du Front Nazional ? ». Et voilà : enterrée, la question importante.

Autre technique, très efficace quand on ne peut pas éviter un sujet : le petit bout de la lorgnette.

La place de l’islam en France (à mon avis, aucune) et l’immigration musulmane (à mon avis, beaucoup trop) sont des questions trop importantes pour être passées sous silence. Alors, vlan, petit bout de la lorgnette : le burkini.

Pendant qu’on discutaille à n’en plus finir sur la légitimité de régler par la loi le costume de bain, dont ne se sortira jamais (si une musulmane va à la plage en tenue de plongée mais qu’elle ne plonge pas, c’est un burkini ?). On oublie l’essentiel, c’est normal, c’est étudié pour.

Tourner autour du pot, un jour la laïcité, un jour la condition féminine, et pourquoi pas insulte au cassoulet pendant qu'on y est,  est une manoeuvre dilatoire

Il faut faire de la politique, c'est-à-dire aller à l'essentiel, qu'on essaie de nous masquer : l'islam n'a pas sa place en France, il est incompatible avec la France. Il faut tarir l’immigration musulmane vers la France, forcer à l’intégration les musulmans ou les aider à repartir. C’est politique.

Une fois que la bonne politique est décidée, expliquée et appliquée, il n’y a plus besoin de tergiverser sans fin. Les lois qui découlent de cette politique sont faciles à écrire et comprises par tous.

Nota : je me fous de l'arrêt du conseil d'Etat sur le burkini (de toute façon, ces zygotos là, c'est sûrement franc-maçonnerie et compagnie). Sa seule utilité est de faire comprendre aux Français que l'Etat et le juridisme sont leurs pires ennemis.

Aucun commentaire: