samedi, septembre 10, 2016

La fin de la démocratie est-elle irréversible ?

Christophe Guilluy sur la France d'en haut

Depuis longtemps (depuis le traité de Maastricht), nous ne vivons plus que dans une fiction de démocratie et, depuis le référendum britannique, même cette fiction a volé en éclats. Christophe Guilluy pense que le moment n'est pas loin où nos pourris nous imposeront des votes pondérés, où la voix de ceux qui votent "bien" (les urbains) pèsera plus lourd que celle des autres.

Tout est-il perdu ? Non, mais le problème est simple à exposer et ardu à résoudre : il faut chasser du pouvoir l'hyper-classe apatride et il est improbable que cela soit possible sans violence.

La coupure grandissante entre les métropoles mondialisées (Londres en est une caricature) et tout le reste, campagne et péri-urbain, n'est pas viable : les métropoles passent en force mais, comme toute tyrannie, y perdent leur légitimité.

L'avenir est mystérieux mais il est peu probable qu'il soit paisible.

Aucun commentaire: