lundi, octobre 31, 2016

La piètre et le néant

Je ne suis pas souvent d'acoord avec Maxime Tandonnet, trop prisonnier du Système,mais là, à part la fin qui demande à être nuancée (la monarchie ne me semble pas un mal en soi, le problème est que nous avons une fausse monarchie, élective), je n'ai guère à objecter :

*********
Le livre de M. Davet et M. Lhomme, "Ce qu'un président ne devrait pas dire" (Stock 2016) pulvérise les records de vente et provoque une crise de régime. A vrai dire son contenu n'a pas grande importance sur le plan de l'histoire ou de la réflexion politique. Mais le succès et l'impact de l'ouvrage sont fascinants par ce qu'il révèlent. Dans ce document, l'ère du vide narcissique et voyeuriste bat son plein: "C'est à ce moment là que nous lançons au chef de l'Etat "Il faut se teindre les cheveux pour être président? On craignait un peu sa réaction. Allait-il s'empourprer devant la médiocrité du questionnement, se draper dans sa si précieuse vie privée? Sa réponse nous a surpris à tout point de vue. Hilare, il nous lance: "Alors là, le coiffeur devrait en témoigner: je ne me suis jamais fait teindre les cheveux. Jamais, jamais! Mon père avait les cheveux comme ça!".

Ce qui me sidère? C'est qu'un tel étalage de néant, sans le moindre intérêt, en provoquant une crise de régime, entraîne davantage de dégâts politiques que la mort de 250 personnes dans des attentats terroristes commis en moins de deux ans sur le sol français, le drame de 6 millions de chômeurs et combien d'exclus, cette hallucinante et désastreuse crise des migrants, le Brexit, la désintégration en cours de l'Europe politique, l'impuissance générale de l'Etat ... Ce livre est celui d'une hallucination, d'une démence collective, le livre d'une France d'en haut ayant perdu ses repères intellectuels et éthiques, devenue incapable de distinguer l'accessoire de l'essentiel. Je sais que mon propos est totalement inaudible en ce moment: je ne pense pas que M. Hollande soit moins intelligent ni plus cynique que la moyenne des Français, des politiciens français, des 50 ou 60 candidats à la présidentielles. Le système politique français est fondé sur l'illusion d'un président de la République tout puissant, personnalisant le pouvoir politique à lui seul, au cœur du faisceau médiatique, privé de toute contrôle, toute sanction possible et mise en jeu de sa responsabilité. Or en réalité, ses capacités d'agir à lui seul sur le monde réel sont réduites, en tout cas sans commune mesure avec son image de Jupiter intouchable. Ce vertigineux décrochage entre le mythe et la réalité viendrait à bout de n'importe quelle raison. Dans les débats politiques en cours, notamment les primaires, je cherche la moindre trace, le moindre soupçon de réflexion sur le sujet, au centre du malaise français contemporain. Pour l'instant, dans le fleuve de paroles qui nous submerge, je n'en ai pas trouvé une seule...Pas une.

Maxime TANDONNET
*********

Aucun commentaire: