mercredi, décembre 14, 2016

Fillon, bulle de savon

Un article ravageur sur François Fillon :

Santé : que retenir du pénible moment Fillon ?

De toute façon, quand on sait qu'un des proches de Fillon est Henri de Castries, on a tout compris : manieur d'argent et de réseaux, technocrate, mondialiste, Young Leader et Bilderberg, il est tout ce que les peuples détestent de plus en plus.

*********
Breizh-Info : Monsieur Fillon a fait une belle percée avec dans son sillage des gens comme Monsieur Retailleau. N’est-ce pas un petit peu, votre ligne de pensée, celle que vous avez semé par le passé, qui pourrait arriver au pouvoir au printemps prochain ?

Philippe de Villiers : Connaissant les deux hommes, connaissant leur passé, connaissant la pente de leur caractère, je pense que c’est une gigantesque imposture. Ces gens là prennent des idées auxquelles ils n’ont jamais cru, qui les ont portés là où ils sont, pour mieux les trahir ensuite lorsqu’ils seront au pouvoir.
*********

Au fond, derrière son style rigoureux, Fillon est comme tous les autres, les Chirac, Hollande, Juppé. un finasseur, un petit arrangeur : un pauvre type qui croit qu'on peut bidouiller les choses à la marge sans s'attaquer au Système qui l'a fait ce qu'il est. Alors on prend des Castries comme conseiller et on se fait bouffer par les technocrates.

Mais les peuples n'en sont plus là. Aujourd'hui, ils veulent aller à l'essentiel. Ils veulent des vrais changements et tant pis pour la casse. Ce qui distingue Fillon d'un Français de base, c'est que ce dernier n'a plus rien à perdre.

C'est ce que Trump a compris : sa communication par Twitter et ses nominations fracassantes sont une façon de ne pas se laisser circonvenir par l'administration, de résister aux sables mouvants de la bureaucratie, de ne pas pas se laisser anesthésier par le conformisme du Système. Et tant pis s'il commet quelques bourdes.

Au contraire, Fillon semble tout disposé à se laisser anesthésier, à glisser sur la pente fatale de la Bonne Pensée.

Il ne fera aucune des trois ruptures nécessaires (avec la technocratie et l'étatisme, avec l'Euro et l'Europe, avec l'immigration et le mondialisme).

Ce qui ne l'empêchera pas d'être élu et nous de perdre encore cinq ans.









Aucun commentaire: