mardi, juin 20, 2017

Eux et nous, mais pas seulement, mais pas superficiellement

Les conservateurs aujourd’hui jouent nous contre eux. Opposition facile : les travailleurs contre le banquier, les patriotes contre l’hyperclasse mondiale, les enracinés contre les ectoplasmes etc. C’est facile mais stérile. Moi-même, j'y joue, à ma grande honte.

Rappelons, ce que certains semblent avoir oublié, que les conservateurs font de la politique non pour prendre une pose avantageuse et esthétique, mais pour s'emparer du pouvoir, dans le but d'utiliser ce pouvoir afin de protéger la France et le peuple français. Ceux pour qui la politique est une petite entreprise familiale sans réelle volonté d'arriver au pouvoir (suivez mon regard) trahissent leurs devoirs.

Avec « Pensez printemps » (qui m'a fait rire, à tort, moi aussi), Emmanuel Macron a été plus habile que tous les branleurs de nouille de la droite molle et de la droite dure. Oui, ce slogan creux, mais il permet une projection positive. Emmanuel Macron est l’alibi de la frivolité des Français : ils se donnent l’illusion du renouvellement sans les difficultés du renouvellement réel. Les droites n'ont pas été la moitié du quart aussi intelligentes.

Et quand il s'est agi de cramer Fillon, les macronistes ont oeuvré, ils se sont sorti les doigts du cul.

Les médias ont beau jeu de caricaturer les conservateurs en vieux bougons, parce que nous leur donnons quelques raisons. La France reste en attente d’une espérance qui ne soit pas à base de destruction systématique et ne se contentera pas de la nostalgie.

La notion, soutenue par des gens comme Philippot, Polony, Marine Le Pen, Sapir, que le clivage droite/gauche est obsolète, est une grave erreur de jugement. Il est vrai que de nouveaux clivages, essentiellement souverainistes / européistes, passent à travers la gauche et la droite. Mais en conclure que le clivage droite/gauche est dépassé revient à faire de la politique une pure intellectualité. C’est tout le contraire qui est vrai. La politique est faite d’affects, d’histoire, d’appartenance, de sociologie.

Thomas Sowell, dans Conflict of visions, est plus fin que Marine Le Pen et sa troupe de crétins : les deux visions s'opposent sur plus que de simples opinions.

C’est pourquoi il faut compter que le clivage droite/gauche perdurera et qu'il est tout à fait illusoire d'espérer joindre les souverainistes des deux bords. En revanche, il est tout à fait possible de faire glisser le spectre politique vers la droite.

Le bon cadre de réflexion repose donc sur deux piliers :

♘ comment unir les droites, comment ratisser large à droite, façon RPF ? Par les appareils ? Par les hommes ? Lesquels ? Par les idées ? Lesquelles ?

♘ comment séduire ? Comment faire rêver ?

Pour cela, il faut être au clair sur ses idées, ce que n'est pas du tout le FN. Or, le FN, plus que les autres, parce qu'il n'a jamais exercé le pouvoir national, doit montrer sa compétence technique. Fouletitude de questions dérangeantes traînent sur internet.

Par exemple, Julien Rochedy : « Le FN veut favoriser la production locale. Très bien. Les règles de l'UE l'interdisent. Comment nous en affranchissons nous ? ». Ou Eric Verhaeghe : « Le FN veut financer le système social par la lutte contre la fraude. Outre que les montants ne sont pas hauteur du problème, comment faire accepter par les Français l'inquisition que cette ambition suppose ? » Et tant d'autres ...

Ce ne sont pas les analyses qui manquent :

L’avenir du Front National est-il dans un aggiornamento libéral ?

Carnets de déroute I

Mathieu Bock-Côté : « Macron oblige ses opposants conservateurs à élever le niveau »

Plus tragique, mais aussi plus marrant :

Jean-Marie Le Pen : "Madame Le Pen n'a pas compris les raisons de son échec"

M'est avis que le FN n'entendra pas vraiment les questions et les conseils et fera le service minimum en matière de remise en cause, ce qui le condamne à être le piège qui stérilise le populo comme le PCF dans les années 70.

D'où la question qui ne tardera pas à nous travailler : comment nous débarrasser du FN ?





Aucun commentaire: