dimanche, février 11, 2018

Du Dhimmi à la dhimmitude : chronique d’une soumission annoncée de l’Europe, rencontre avec l’écrivain islamiquement incorrecte Bat Yé’or

Du Dhimmi à la dhimmitude : chronique d’une soumission annoncée de l’Europe, rencontre avec l’écrivain islamiquement incorrecte Bat Yé’or


************
Alexandre del Valle : D’après vous, le terrorisme islamiste n’est pas un épiphénomène qui n’aurait « rien à voir avec l’islam », vous le resituez dans le cadre d’une idéologie, celle du Jihad, dont les concepts seraient millénaires et découleraient de l’impératif d’islamisation de la planète.

Bat Yé’or : En effet, ce qu’on appelle terrorisme islamiste est une tactique de guerre clairement exposée et détaillée par des juristes dans tous les traités du jihad. Elle s’inscrit dans une stratégie religieuse dont le but consiste à faciliter la conquête militaire par l’affaiblissement de la population ciblée. L’exécution de ses manoeuvres doit se conformer à un corpus de règles religieuses dont les sources sont le Coran, la Sunna et les biographies du Prophète, notamment ses expéditions militaires prises comme modèles. Ces tactiques jihadistes furent pratiquées au long des siècles contre les Etats chrétiens à leurs frontières même et sur leurs côtes maritimes. Au XIXe siècle, l’Europe, mais surtout l’Angleterre put imposer au sultan ottoman menacé par la Russie, le principe de relations internationales pacifiques. L’arrêt des combats contre Etats mécréants est prévu dans le droit du jihad mais seulement sous certaine condition et comme armistice provisoire assortie de conditions et valable pour dix ans renouvelable. Le critère temporaire se justifie par l’interdiction d’une paix définitive entre musulmans et mécréants.

Dans tous vos ouvrages, vous développez toujours ensemble les questions de la dhimmitude et du jihad, en quoi ces deux notions sont-elles inséparables ?

La dhimmitude est inséparable du jihad parce qu’elle en est le but. On fait le jihad pour imposer l’islam aux populations non musulmanes. Si elles refusent de se convertir les païens sont exterminés ou réduits en esclavage, mais les peuples disposant de religions révélées : juifs, chrétiens, zoroastriens sont épargnés s’ils se soumettent aux armées musulmanes sans combat. Leur acte de soumission implique l’annexion de leur pays au domaine islamique régie par le droit islamique et un statut – celui de la dhimmitude – assortie de nombreuses contraintes. Ce statut de dhimmitude leur confère la sécurité en tant qu’infidèles soumis. C’est uniquement dans cette situation qu’ils sont tolérés dans leur propre pays. La formule tant vantée : territoires contre paix et sécurité, rétablie les termes de soumission de la dhimmitude par la cession de territoires à l’islam.

Bien que juive, vous déplorez souvent dans vos ouvrages et prises de position, le côté suicidaire de l’Occident chrétien, sa dhimmitude volontaire, et sa passivité devant la destruction des chrétientés orientales, comment expliquez-vous cela ?

Je ne vois pas de contradiction dans cette attitude mais bien une confirmation de ma judéïté. C’est bien parce que le judaïsme s’ouvre sur l’universel qu’il a inspiré l’éclosion de deux autres religions. Les prophètes d’Israël ont béni tous les peuples de la terre sans exclusive et à l’époque ils étaient tous païens. La notion de Juste parmi les nations est très ancienne dans la Bible.

Je différencie entre les politiques de chefs responsables et les populations qui en sont les victimes. Je critique et condamne des idéologies que je juge criminelles et ceux qui les appliquent délibérément mais je n’y associe pas forcément des foules conditionnées ou terrorisées qui inconsciemment en furent les instruments. J’ai dénoncé l’antisémitisme/antisionisme et les discordes des chrétiens dhimmis mais je les ai expliqués dans le contexte de la dhimmitude. Pour moi ces populations sont des victimes.

A toutes les époques des chrétiens dénoncèrent et combattirent l’antisémitisme, parfois avec succès mais d’autres fois ils échouèrent. Citons le mouvement des Lumières et d’émancipation en Europe et dans le monde musulman pour abolir la dhimmitude des chrétiens et des juifs, l’engagement de chrétiens dans le sionisme et pour la réhabilitation de Dreyfus. Plus près de nous, ceux qui aidèrent les juifs dans l’Europe nazie et ceux qui aujourd’hui soutiennent Israël. J’estime que la civilisation judéo-chrétienne a donné à l’humanité ses plus hautes valeurs. Ce sont celles-ci qui sont menacées par une barbarie haineuse planétaire détruisant les fondements de la culture, de la liberté et de la dignité humaine. Je déplore le soutien délibéré de l’UE et de ses Etats membres à ce tsunami et je m’afflige sur ses victimes si vulnérables abandonnées au bénéfice de politiques cyniques, de profits économiques et d’objectifs haineux.

Pour conclure, quel regard portez-vous sur le président américain Donald Trump qui semblait au début de son mandat à la fois vouloir calmer le jeu avec la Russie et désigner l’ennemi islamiste commun ?

Dans cette courte période le président Trump a subi des attaques d’une violence inouïe du parti démocrate perdant et d’une Europe tétanisée par l’anticipation de sa politique d’immigration et au Moyen-Orient. En effet Trump abattait tout l’échafaudage d’affabulations spécieuses créées par la politique propalestinienne de l’UE et par ses financements occultes de mouvements racistes et criminels palestino-nazis exposés par l’organisation NGO Monitor. Quant à la Russie, le laisser-faire d’Obama constitue un obstacle à cette politique compte-tenu de la forte présence russe au Moyen-Orient. Malgré la campagne anti-Trump beaucoup de peuples européens souhaiteraient avoir un président comme Trump.
************



Aucun commentaire: