lundi, mars 12, 2018

Articuler défense de la tradition et vision de l'avenir

A propos de la Jeanne d'arc métisse, j'ai dénoncé le piège tendu mais je ne perds pas de vue que, s'il est souhaitable qu'une bonne partie des émigrés soient renvoyés dans leurs pays d'origine, il faudra intégrer de tout coeur ceux qui se sont intégrés de tout coeur (déjà, en 1972, dans Le camp des Saints, Jean Raspail avait mis dans le dernier carré un Français de Pondichéry).

C'est tout le problème de préserver l'héritage du passé sans devenir passéiste, c'est-à-dire stérile. Et pour se tourner vers l'avenir, il faut un projet positif avec une traduction concrète.

Je trouve que PY Rougeyron est trop indulgent pour l'étatisme, qui est une partie de nos problèmes, mais je suis d'accord avec lui : le soleil ne se couche jamais sur la France.



Aucun commentaire: