jeudi, mars 08, 2018

Macron : tyrannie hypocrite mais tyrannie quand même

MACRON ET SA COPINE ANASTASIE

Je suis en train de lire l'édition augmentée des mémoires de Jean-François Revel. Je le trouve, à la relecture, très vaniteux, de cette vanité intellectuelle des cérébraux, méprisant les autres formes d'intelligence (1).

Ayant fait partie brièvement d'une secte, il s'interroge pour savoir comment des gens manifestement intelligents ont pu faire partie de la secte communiste (2).

La seule réponse que Revel trouve, c'est que l'esprit humain est ainsi fait qu'il peut errer gravement et longtemps, s'auto-illusionner, s'enfermer dans des certitudes absurdes.

Et que le seul remède, c'est la pluralité des opinions.

Etouffer cette pluralité d'opinions est le préalable à tout contrôle des masses. La différence entre Macron et Staline ? La violence physique. Ce n'est pas une mince différence. Je suis moins sûr que la finalité politique ne soit pas identique, mais c'est un autre débat.

En tout cas, la conception despotique et totalitaire du pouvoir est la même : le pouvoir a vocation à s'immiscer dans le plus intime de vos vies, il a toujours raison et le contester vous rejette en-dehors du cercle des humains (contester c'est être "phobique", "frileux", "replié", "rien", une quasi-bête sauvage, au minimum un crétin).

La seule antidote de long terme, c'est la liberté d'expression. Macron le sait autant que nous. Il fait ce qu'il faut pour y remédier.

************
(1) : il a écrit des choses d'une suffisance grotesque sur De Gaulle et Saint Exupéry qui mettent la puce à l'oreille.

(2) : la phrase de Malraux règle son compte au communisme : « Il n’était pas entendu que les "lendemains qui chantent" seraient ce long hululement qui monte de la Caspienne à la mer Blanche et que leur chant serait le chant des bagnards ».

Aucun commentaire: