vendredi, mars 09, 2018

Trump superstar ?

Beaucoup d’intellectuels français (A. Finkielkraut par exemple) ne comprennent pas Donald Trump.

Il n’est pas un énarque propre sur lui, bardé de diplômes.

Mais il serait un énarque propre sur lui bardé de diplômes, il n’aurait pas gagné les élections. ils ne le comprennent pas parce qu’il ne fait pas partie de leur monde.

Pourtant, Trump est simple à comprendre puisqu’il a donné la clé dans son livre The art of the deal. Il y explique comment choisir ses objectifs, les moyens d’y arriver, comment influencer l’adversaire etc. Or, il est étonnamment proche comme président des techniques qu’il exposait comme promoteur immobilier. Sa manière d’aborder les problèmes de la Corée du Nord ne devrait donc surprendre personne.

Ils comprendraient aussi que sa vulgarité, ses excès, son usage de Twitter ne sont pas des « dérapages » mais au contraire une manière de conditionner les débats.

Je pense que les intellectuels français, trop conceptuels, manquent de modestie pour comprendre l’intelligence pragmatique de Trump.

Cela ne signifie pas que Trump est sans défauts, mais, pour l’instant, je suis prêt à parier qu’il fera plus et mieux pour l’Amérique (c’est bien pour cela qu’il est élu) que ses deux prédécesseurs Bush Jr et Saint Barack.

Par exemple, s’agissant de la Corée du Nord, alors que ses prédécesseurs ont laissé faire, Trump a réussi à :
> Impliquer la Chine dans les sanctions.

> Amener Kim Jong Un à reconnaître qu’il y avait peut-être des choses à négocier.

Pour « un malade mental », « un danger pour le monde », c’est déjà pas mal.

Le principal problème pour Trump va être de faire en sorte que ses ennemis intérieurs continuent à le sous-estimer. Mais ils sont tellement cons qu'il a ses chances.

Ses ennemis extérieurs sont d'un autre calibre que les snowflakes bien-pensants. Mais ils représentent un danger moindre pour Trump.

Addendum :




> Je pense que les intellectuels français, trop conceptuels, manquent de modestie pour comprendre l’intelligence pragmatique de Trump.
Je propose une autre interprétation : les intellectuels premiers de la classe propres sur eux sont des mâles faibles, qui ont peur des conflits et pensent qu'on peut tout régler par une discussion polie entre gentlemen, où personne ne va élever la voix. On va présenter des arguments, et celui qui aura perdu va gentiment s'incliner avec fair-play.
Bien sûr, contre du gauchiste de mauvaise foi, ça ne fonctionne pas.
Pour ces gens, le style Trump est impensable, parce qu'ils sont eux-mêmes incapables de faire la même chose.
Trump c'est le contraire, je suis persuadé que si il passe une journée sans conflit, il va se faire chier. En fait, il s'éclate.


Addendum 2 :

Rencontre Trump-Kim : la Chine prise de court par un dialogue qu'elle avait exclu

Aucun commentaire: