vendredi, avril 13, 2018

Dira-t-on bientôt « Con comme un évêque » ?

Comme trop peu de catholiques français, je suis anticlérical.

Le prêtre est d’abord un dispensateur de sacrements. Pour le reste, je suis plus que méfiant. Et mon mépris grandit à mesure qu’on grimpe dans la hiérarchie, jusqu’au sommet.

L’actualité n’a vraiment rien pour me rassurer.

Heureux comme Macron chez les évêques

***********
Derrière cette étrange démarche de la Conférence des évêques de France, puissance invitante au moins officiellement, qui suscite un certain malaise chez beaucoup de catholiques et même de non-catholiques, une nostalgie secrète du temps d’avant la Séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905. Quoiqu’ils célèbrent souvent la laïcité, les évêques ressentent encore cette séparation comme une blessure : « Le lien entre l’Eglise et l’Etat s’est abîmé, et il nous importe de le réparer. » dit Macron. Peut-être y a-t-il de bons motifs à ces regrets, mais ce n’est pas une raison pour faire fête à un chef d’Etat qui fait mine de vouloir revenir dessus.
***********

Éric Zemmour : "Le jeu élégant mais dangereux de Macron avec les catholiques" et vice-versa.

Aucun commentaire: