samedi, avril 14, 2018

Un journaliste suspendu pour avoir dit «pédé » en privé

Denis Balbir, carton rouge d’une croisade morale



Condamné pour un propos privé anodin (oui,  «pédé » c'est anodin et ça doit le rester, marre des militants qui s'évanouissent au moindre mot de travers et appelent au lynchage au réveil, «pédé » est une insulte française classique et, par définition, les insultes ne font pas plaisir), et il y en a qui font encore semblant de ne pas comprendre que nous vivons sous une tyrannie totalitaire.

On notera la lâcheté de ses collègues, qui ne se sont pas mis immédiatement en grève.

Ce qui est privé doit rester privé. J'appelle régulièrement en privé Brigitte Macron « la vieille peau » ou « la vioque », je ne le répéterais pas en public.


Aucun commentaire: