dimanche, mai 27, 2018

Comment remettre à sa place subordonnée la bourgeoisie pétainiste ?

A partir de 18'30 :

Grand entretien avril-mai 2018 avec Pierre Yves Rougeyron partie 1

Cette question me revient de temps en temps à l'esprit, comme une obsession : comment remettre la bourgeoisie pétainiste à sa place, c'est-à-dire, comment lui faire lâcher le pouvoir, où elle est mortellement nocive pour la France ?

J'emploie le mot « pétainiste » par souci d'efficacité : il est pertinent et il est compris. J'en ai déjà beaucoup parlé. Mais j'aurais pu aussi écrire « quarante-huitarde » (Flaubert s'en est beaucoup moqué), « versaillaise », « soixante-huitarde », « macroniste » (1)...

Ces bourgeois ne sont pas tous des monstres, Philippe Bilger par exemple. Mais, politiquement et, souvent dans leur comportement, socialement, ce sont des traîtres. Leurs intérêts de classe ne sont pas nationaux et ils les font passer avant leur pays. On connaît la remarque acerbe de De Gaulle au patronat en 1944 : « Messieurs, on ne vous a pas beaucoup vus [à Londres] ».

Leur laisser le pouvoir, c'est tuer la France. On peut les utiliser, mais, jamais, jamais, leur laisser prendre le manche. Un Macron, un Bayrou, ça doit être au fond d'un obscur couloir dans un placard à balais au bout d'un ministère perdu. Pas plus.

Or, on voit bien le mouvement en cours (Brexit, Trump, Italie). Il va dans le sens de la fermeture des frontières et la bourgeoisie mondialiste va finir par lâcher prise. Mais je ne voudrais pas que la France soit à la traine. Ce n'est pas la vocation de la France de ne pas se faire entendre.

Alors, comment virer la bourgeoisie du pouvoir pétainiste du pouvoir ?

Hé bien, je ne sais pas. On attend que les Italiens fassent le boulot à notre place ? Des idées ?

************
(1) : je rappelle que voter Macron consiste à glisser un bulletin Macron dans l'urne, au premier ou au deuxième tour. Après, toutes les raisons qu'on se donne pour se justifier ne sont qu'hypocrisie, grande spécialité de la bourgeoisie.


Aucun commentaire: