lundi, mai 28, 2018

Italie-UE : premier round pour l'UE

Le président italien a refusé le gouvernement proposé par la coalition anti-UE et s'apprête à nommer un gouvernement prétendu technicien, c'est-à-dire très politique, puisque l'européisme est la position par défaut.

Mais ce gouvernement européiste manquera, de beaucoup, d'une majorité parlementaire et de l'appui populaire. Le match continue.

C'est une victoire à la Pyrrhus des européistes. Le risque, évident, c'est que les anti-Euro se fortifient de cette victoire électorale volée. Mais les eurotyrans appliquent la seule stratégie, primaire, dont ces gens qui se croient si intelligents sont désormais capables : gagner du temps.

Je me demande si ma vieille prédiction, à savoir que la fin de l'Euro viendra d'Allemagne, ne retrouve pas un peu de pertinence.


Aucun commentaire: