dimanche, mai 13, 2018

Quand la censure se loupe au Figaro ...

La censure des medias est bien organisée, il est impossible de savoir combien de commentaires sont censurés et pourquoi (sur ce blog, qui n'a pas la grande éthique des grands journaux, je censure très rarement et je laisse toujours un message public expliquant qu'un commentaire a été censuré et pourquoi).

Cependant, il y a des loupés :

Charlie Hebdo : l'écrivain Philippe Lançon raconte son impossible reconstruction

Les commentaires sous cet article ont été dans un premier temps libres, probablement un bug, puis ils ont été censurés.

Le nombre de commentaires est passé de 34 à 17 : 50 % de censure ! Je précise qu'à mon sens, pas un seul de ces commentaires, que j'ai lus, n'était passible de la censure du Figaro suivant sa charte : pas d'insultes, pas de délires, pas de hors-sujets. Evidemment, reste le fourre-tout de « l'incitation à la haine ».

Je ne sais pas si tous les articles sont censurés dans cette proportion. Mais, pour une fois que le hasard nous laisse apercevoir le fonctionnement de la machine, c'est édifiant.

J'avais posté deux commentaires (évidemment censurés après avoir été publiés) :

************
Cet article me laisse perplexe :

1) Je comprends que ce qu'il a vécu est dur, mais il ne faut pas non plus exagérer. En ce centenaire de la première guerre mondiale, il faudrait se rappeler que des millions de Français ont vécu pire et qu'ils n'en ont pas fait une batteuse. Il est vrai qu'ils ne vivaient pas à l'époque de l'hypertrophie du Moi et de la sensibilité de rosière. Et, dans d'autres pays (je pense par exemple aux coptes d'Egypte), d'autres font face avec dignité.

2) Le style "vous n'aurez pas ma haine" et tout le cinéma de cet ordre n'est que cela du cinéma, qui dissimule la lâcheté. Pour pardonner, il faut d'abord s'assumer, assumer ce qu'on est, assumer l'hostilité. Je préfère les moines qui absolvaient ceux que les chevaliers tuaient, c'était plus cohérent et plus viril. Je préfère le père de Foulcauld, qui commença par être soldat.
************

Et celui-ci, en réponse à un commentaire lui aussi censuré et que je ne peux donc reproduire, expliquant que les gens de Charlie Hebdo l'avaient bien cherché et qu'ils n'avaient que ce qu'ils méritaient :

************
Autrement dit, vous légitimez que le délit de blasphème anti-Mahomet soit puni de mort. Vous comprendrez (ou pas, d'ailleurs) qu'on puisse être en opposition radicale avec vous.
************

Aucun commentaire: