samedi, juillet 07, 2018

La guerre civile commence quand les policiers prennent parti

C'est de plus en plus fréquent :

**********
Alors qu’un couple de policiers s’est fait violemment agresser mercredi soir à Aulnay-sous-Bois, six individus âgés d’une vingtaine d’années ont été interpellés le même jour et placés en garde à vue pour des faits similaires.

C’est une scène collective d’une extrême violence qui s’est déroulée le week-end dernier dans l’Ain. Un policier a été roué de coups, à son domicile, par une quinzaine d’individus.
**********

Quelqu'un qui a l'expérience de ces choses me disait que la guerre civile commence le jour où les policiers décident de protéger d'abord leur famille et prennent parti.

Or, les policiers sont comme tous les Français : ils savent bien que notre classe dirigeante n'a ni la volonté ni la capacité intellectuelle de les protéger ; qu'aucune des mesures fondamentales (1) ne sera prise, ni même envisagée, par pusillanimité, par idéologie et, surtout, par manque d'empathie pour le peuple français.

Que se passera-t-il le jour où, après avoir manifesté comme c'est déjà arrivé, les policiers rentreront chez eux après la distribution de susucres au lieu de rentrer au commissariat ?

Certains islamistes espèrent que le bordel leur profitera. C'est possible, mais j'en doute.

************
(1) : arrêt de l'immigration musulmane, reconquête policière des quartiers perdus, sévérité de la justice pour les fouteurs de merde, transmission à l'école etc.

Addendum :

Dans une logique clanique, les émeutiers s'en prennent aux infrastructures de l'État

Aucun commentaire: