vendredi, août 17, 2018

Air France : nous avons les conséquences

L'historien et chroniqueur Jacques Bainville avait l'habitude d'écrire, quand il voyait une politique stupide, « Vous aurez les conséquences ».

Hé bien voilà, pour Air France, nous avons les conséquences.

Les syndicats ont raison, la nomination de Benjamin Smith comme Directeur général est doublement scandaleuse :

1) J'espère que pour diriger une compagnie nationale française, il y a en France toutes les compétences. Nous ne sommes pas un pays du Golfe qui était encore au cul des chameaux il y a cinquante ans.

2) C'est un sous-marin de Delta Airlines.

Mais quoi ? A force de grèves à répétition et de savonnage de planche pour tous les candidats français, les syndicats ont fini par mériter ce qui arrive.

Les directions successives d'Air France et les syndicats ont un point commun : être cons à tuer. Car, ils communiaient, par delà leurs différends, dans une hypothèse stupide : quelles que soient leurs folies, l'Etat, c'est-à-dire vous et moi, remettrait toujours des sous au pot.

Le jeu était donc bien huilé : les directions, nommées sur des critères politiques, menaient des stratégies particulièrement stupides, dont le point commun était de ne jamais mettre les pieds dans le plat. Et les syndicats de pilotes équilibraient la stupidité patronale en mettant en oeuvre une stupidité syndicale de compétition.

Maintenant, nous sommes au bout du rouleau. L'Etat a signifié, en laissant nommer un étranger, qu'il se désintéressait d'Air France. Game Over.



Aucun commentaire: