jeudi, octobre 11, 2018

L'Eglise de François Zéro : drogue, orgie et sodomie, tout va plus que bien.

Au Vatican

***********
LifeSiteNews rapporte que selon « une source haut placée » au Vatican (trois prêtres différents, en fait), le cardinal Coccopalmerio participait en personne à l’orgie de drogués invertis dans l’appartement de Mgr Luigi Capozzi, secrétaire du cardinal, et que François était au courant. Il s’agit de cette orgie particulière, tellement bruyante, au printemps 2017, que la gendarmerie vaticane avait dû intervenir. Les gendarmes demandèrent au cardinal de partir immédiatement avant de procéder aux arrestations, tandis qu’ils emportaient à l’hôpital Mgr Capozzi, drogué à mort…

Ces révélations sont d’autant plus plausibles qu’elles corroborent ce que l’on savait déjà.
***********

Le problème est profond (c'est le cas de le dire), il a été révélé (plus que que provoqué) par le concile Vatican 2 : à partir du moment où ne croit plus ni à l'Enfer, ni au Diable, ni au péché, les obligations de l'Eglise deviennent de simples recommandations, dont chacun peut juger par soi-même et certains ont la conscience très compréhensive pour eux-mêmes.

Au moins les Borgia, eux, avaient la classe : « Aimant s'entourer d'œuvres d'art et d'objets précieux, Alexandre VI fut un mécène généreux ; il protégea les artistes (Pinturicchio, notamment, à qui il commande le célèbre décor des appartements Borgia, au Vatican) et montra de grandes capacités dans la remise en ordre de l'administration de l'Église. »

On disait : Rome, sous le pape Alexandre VI, ne connaît « ni loi, ni divinité ; [mais] l'or, la violence et l'empire de Vénus ». On pourrait transposer : sous le pape François Zéro, Rome ne connaît ni loi, ni divinité ; [mais] l'or, la violence et l'empire de Sodome.

Je ne cite pas l'or par hasard. Le laxisme qui a bénéficié aux prélats sodomites américains s'explique beaucoup par l'or qui affluait d'outre-Atlantique dans les caves du Vatican et dont ils avaient eu la bonne idée de se faire les collecteurs.

Pour votre édification, la peine réservée en Enfer aux sodomites, vue par Dante, est de marcher sans pouvoir s'arrêter jamais sous une pluie de feu (charmant). Dante leur adjoint les usuriers qui, eux aussi, contreviennent à l'ordre naturel.



Les simoniaques sont enfermés dans des trous qui rappellent des bourses ; seules les jambes dépassent et sont brulées éternellement. On notera que Dante, parmi les simoniaques, met un pape. Nil novi sub sole.



Tout cela serait très rigolo si l'Eglise de François Zéro n'était pas aussi et surtout l'Eglise du Christ.




Virgile guide Dante aux Enfers.

Aucun commentaire: