jeudi, décembre 27, 2018

2019, l'année d'après les gilets jaunes

Je pense que le mouvement des gilets jaunes est fini sous sa forme primitive et j'ignore la suite (c'est en soi une bonne nouvelle. Cela signifie que l'histoire a été remise en marche et qu'il y a une autre perspective que le déclin inexorable promis par les technocrates qui nous gouvernent depuis quarante ans).

Nous sommes, puisque l'élite faillie, contrairement à l'aristocratie de l'ancienne France, à Charles X et à Louis-Philippe, ne veut pas lâcher le manche pour éviter l'effusion de sang mais au contraire s'accroche par tous les moyens, dans le pur rapport de force.

Je vois trois pistes de réflexions :

1) la finance. Comme je l'ai écrit souvent, nous vivons depuis quarante ans sous le règne du mensonge et le dévoilement de ce mensonge sera la banqueroute. C'est pourquoi toutes les mesures dépensières réclamées par les gilets jaunes sont bonnes à long terme puisqu'elles rapprochent l'effondrement de ce système mauvais, notamment de l'Euro. Même si, à court terme, cela sera une catastrophe avec des vrais morts. Mais on ne solde pas quarante ans de folie technocratique sans casse, alors le plus tôt sera le mieux. Inutile de parler de la fin de l'Euro, qui effraie les peuples. Il suffit de faire ce qu'il faut pour qu'elle advienne, sans en parler (il y a dans l'insistance à la Philippot ou à la Asselineau sur la sortie de l'Euro une vanité d'intellectuel : les gens ne veulent pas en entendre parler, hé bien, on n'en parle pas). Je pense que c'est la démarche de Salvini en Italie .

2) la répression. Il est clair que le pouvoir mondialiste a choisi pour la France la répression sous toutes ses formes : policière (1), médiatique et politique. Je pense que les armes les plus utilisées contre les gilets jaunes vont être : la justice, le fisc et le flicage d'internet. Le fisc et la justice vont décapiter le mouvement, le pourrissement d'internet va tenter de les empêcher de se coordonner (nul doute que les GAFA prêtent leur concours au gouvernement). Remarque personnelle : la censure du Figaro à mon égard est devenue plus subtile : mes commentaires ne sont plus refusés, ce dont je pourrais me plaindre, ils ne sont plus traités (ni publiés, ni modérés).

3) Que faire ? Là, je suis sec. Pour l'instant.

*************
(1) : là encore, les gilets jaunes vont à l'essentiel, puisque ce qui circule sur internet, c'est qu'on emploie contre eux les moyens qu'on n'ose pas employer contre les racailles musulmanes.

Aucun commentaire: