mercredi, février 27, 2019

L'affaire Benalla : un poison qui ronge les institutions

Alexandre Benalla et Vincent Crase remis en liberté

L'affaire Benalla est un désastre pour les institutions. Perdent le peu de crédibilité qui leur restait :

♝ la présidence de la république.

♝ l'assemblée nationale (remember la commission d'enquête foireuse).

♝ l'opposition (ou ce qui se prétend tel), incapable de se faire entendre avec un discours structuré et intelligent.

♝ la justice (« La Justice, c'est comme la Sainte Vierge : si on ne la voit pas de temps en temps, on a du mal à y croire ». Audiard).

♝ la police.

♝ la presse (qui n'est capable que de recevoir ce qu'on  lui envoie des poubelles, sans investigation).

le principe de responsabilité (une seule démission pour l'instant). C'est le plus dramatique car c'est la base de la démocratie : le pouvoir a des comptes à rendre. Un ministre ou un fonctionnaire qui devraient démissionner et ne le font pas signifient qu'on n'est plus en démocratie.

N'ont pas encore été mêlés à cette affaire, jugement neutre :

♝ le conseil d'Etat.

♝ le conseil constitutionnel.

♝ la cour des comptes.

♝ l'académie française.

Sauve l'honneur :

♘ le sénat.

Aucun commentaire: