dimanche, mars 29, 2020

Je plains la France, mais pas les Français.

Je plains la France, nos ancêtres qui nous regardent, notre histoire qui nous oblige, du naufrage actuel.

Mais je ne plains pas les Français, ceux de 2020, nous méritons ce qui nous arrive.

Depuis trente ans, chaque fois que nous avons eu l'occasion de détourner le cours du mauvais destin, nous avons refusé de la saisir. Bien sûr, souvent, cela impliquait de voter Le Pen. Et alors ? Je préfère être noyé à moitié que noyé complètement.

En 2005, nous avons enfin saisi notre chance, mais c'était pour accepter sans broncher d'être enculés par Sarkozy en 2008.

Et les Gilets Jaunes des ronds-points, qui les a soutenus ?

Ami, qui te plains si fort aujourd'hui des bureaucrates inféodés à Bruxelles, des ministres incompétents et corrompus, des affairistes de la santé, peux-tu me rappeler tes dix derniers votes, en commençant par le tout dernier ? Où étais tu quand il y avait un service à rendre sur un rond-point ? Qu'as tu fait quand tu avais à choisir entre ton patrimoine et ton pays ?

Et moi-même, en faisant ce compte, je ne suis pas très fier. Et je peux bien vous dire que d'avoir senti venir la catastrophe (billet de 2013) ne me console d'absolument rien.




Aucun commentaire: