mardi, avril 14, 2020

Il n'y a pas de droit à vivre jusqu'à 80 ans.

Guillaume Cuchet: « Le virus, ou la mort imprévisible que nous avions oubliée ».

************
L’écart entre la minceur de l’événement sur le plan démographique (qui ne laissera sans doute pas de traces dans la pyramide des âges) et l’ampleur de ses conséquences, sanitaires, sociales, écologiques, économiques, psychologiques, est frappant. Il s’explique, semble-t-il, par le fait que nous en avons perdu l’habitude et que nous avons développé à son endroit une forme d’hypersensibilité, mais aussi parce que la pandémie prend à rebours nos nouvelles normes funéraires et la conception idéale de l’existence qui va avec.
************

Les morts du virus sont scandaleux car ils  sont les victimes de l'incurie de l'Etat dont la mission est de nous protéger contre ce genre de dangers. Mais il n'y a pas de droit à vivre jusqu'à 80 ans.

Le confinement généralisé est une saloperie politicienne : c'est une gesticulation pour dissimuler l'incapacité du gouvernement à reprendre le contrôle des événements et, accessoirement, une manière de canaliser la légitime furie du peuple.

Rien n'a jamais justifié un confinement généralisé. Un confinement intelligent, par régions et par classe d'âge, était possible, on n'a même pas essayé. Aujourd'hui, le confinement est en train de fusiller l'économie de notre pays et ses conséquences sanitaires seront très probablement pires que celles de épidémie.




Tout cela parce que nous ne sommes pas capables de maitriser notre peur de la mort. Mais nous finirons quand même par avoir beaucoup de morts. Nous sommes dans le cas absurde du type qui se suicide par peur de la mort.

Mais, attention, ce naufrage intellectuel et éthique n'est pas spontané : il été orchestré par les gouvernements pour dissimuler leur imprévoyance.

Je suis estomaqué par le contraste entre l'énergie de Macron pour confiner les Français et son absence d'énergie pour bousculer la bureaucratie.

La bonne politique et le bon discours étaient  : « Nous allons avoir plus de morts que nécessaire à cause de notre impréparation. Mais nous faisons tout pour nous rattraper en urgence (masques, tests, chloroquine, respirateurs) . En attendant, continuez à vaquer à vos occupations pour faire vivre notre pays, sauf les populations à risques, obèses et plus de 65 ans, à qui nous demandons de rester chez elles jusqu'à ce qu'elles puissent être testées et soignées ».




Aucun commentaire: