mardi, avril 14, 2020

Triple frappe marseillaise

Triple frappe marseillaise



Voici le commentaire que j'ai laissé sous cet article :

***********
Je pense que, comme Trump, Raoult est de ces personnalités que le combat excite.

Le risque qu’il court est de devenir imperméable au doute et de s’entêter dans l’erreur. Espérons qu’il y a dans ses vieux compagnons des gens capables de le remettre dans l’axe en cas de besoin.

Là, Macron est est tombé sur un os : Raoult est plus intelligent et plus combatif que toute la prétendue opposition réunie. Et il est sur son terrain.
***********

Car il y a peu d'ambiguïté : en ce moment, Didier Raoult est l'opposant en chef à Emmanuel Macron, c'est lui qui, avec son expertise, démontre que chacune des décisions du gouvernement est idiote ou trop tardive (la plupart du temps, il y a cumul).

J'aime l'histoire et la politique pour ça : c'est toujours plein de surprises et de rebondissements.

Dominique Venner a publié un livre L'imprévu dans l'histoire.

Le surgissement dans l'actualité de Didier Raoult illustre à merveille le célèbre aphorisme d'Hölderlin : « Là où croît le péril, croît le remède ».

Il illustre aussi un principe de la stratégie byzantine que Macron a eu tort d'ignorer.

Ne tuez jamais totalement votre ennemi. Mieux vaut un ennemi affaibli que vous connaissez à un ennemi nouveau que vous ne connaissez pas.

Macron a vitrifié le paysage politique. Les connards de LR pensent comme lui, ce sont des lavettes qui font semblant de s'opposer mais, en réalité, gouverneraient comme lui. Mélenchon et le Pen sont nuls. Les médias et l'appareil judiciaire sont en pâmoison devant lui.

Il était donc évident que l'opposition véritable surgirait du diable-vauvert, hors système politique, comme Trump, comme Beppe Grillo, comme Salvini (seuls les Anglais ont réussi à ménager une vraie opposition au sein de leur système politique).

Le principe est que, quand ce n'est pas une surprise, le Système arrive à parer le coup ou à l'absorber. C'est ainsi qu'Eric Zemmour, qui est un opposant trop évident pour surprendre, est petit à petit neutralisé : on le laisse parler dans son coin, c'est sans conséquences politiques.

Bien sûr, Didier Raoult ne fait pas de politique, il n'a pas de parti et il n'est candidat à rien. Mais ça le rend encore plus redoutable à court terme. A long terme, nous serons tous morts !






Aucun commentaire: