vendredi, mars 26, 2021

88 (P. Rehov)

 Bon, ce n'est pas du Stendhal. Assez verbeux. Même si le style n'y est pas, ce roman se lit bien.

Un néo-nazi illuminé cherche à unifier les nostalgiques du stalinisme, les islamistes et l'extrême-droite mondiale autour d'une réincarnation d'Hitler (88 = HH = Heil Hitler).

C'est l'occasion d'évoquer les liens du nazisme avec l'islam et avec l'occultisme. Cette forme romanesque délimite mal la réalité historique de la fiction, dommage. En gros, tout ce qui est dit des rapports du nazisme avec l'islam et avec l'occultisme est vrai.

Le nazisme n'est pas limité à la politique. C'est un projet total.

Le versant spirituel, c'est l'anti-christianisme radical. Abolir le commandement « Tu ne commettras pas de meurtre ». Le cocktail habituel, gnose et millénarisme.

Pour ça, occultisme et islamisme, Odin et Wotan. Société de Thulé. Recherche des rescapés de l'Atlantide au pôle nord. Et croyance aux esprits et à la réincarnation (quand on massacre des millions de personnes, c'est plus pratique de croire que ce n'est pas tout à fait définitif).

Recours aux astrologues et aux spirites. Nombreuses expéditions au Tibet à la recherche des secrets de la réincarnation. Le mentor du dalaï-lama actuel fut un authentique nazi resté sur place.

Le New Age en est issu.

Ce n'est évidemment pas par lubie que je considère que'Hitler a gagné la guerre politiquement (l'anti-christianisme militant de notre époque en témoigne, des séries Netflix à l'UE, jusqu'au pape !) : le transhumanisme est le vrai néo-nazisme, le covidisme en apporte la preuve tous les jours.

Et Bill (intellectuellement issu de la mouvance eugéniste américaine) et la camarilla transhumaniste prennent efficacement le relais d'Adolf. Tous ces gens charmants se sont trouvés un modèle de substitution dans le non moins charmant Parti Communiste Chinois.

Alors, on peut se consoler (si on n'est vraiment pas difficile) en se disant que la violence physique est bien moindre parce qu'il n'y a pas de génocide (mais ça viendra).

C'est oublier que le programme eugéniste est pleinement réalisé par l'avortement de masse, que l'euthanasie très vaguement consentie est en route, que les expériences médicales forcées (connues sous le nom de vaccination anti-COVID) sont notre quotidien et que les violences étatiques sont en forte hausse.

Sans compter l'extrême violence psychologique : depuis un an, on nous terrifie matin, midi et soir, avec la culpabilisation, l'infantilisation, le peur de la contagion, la peur de la mort.

Alors, si Hitler se ré-incarnait, il considérerait que nous avons pris des voies bizarres (pas sûr qu'il goûte tellement Black Lives Matter) mais que, au fond, son projet d'élimination sans pitié des faibles, d'asservissement des masses et de règne d'une caste supérieure est en bonne voie.

Il serait sans doute choqué de la dénatalité allemande mais apprécierait la place hégémonique de l'Allemagne en Europe. Et l'islamisation en cours le satisferait pleinement.

Bref, comme dirait l'autre, un bilan globalement positif (de son point de vue, hélas).

Aucun commentaire: