samedi, janvier 05, 2008

Comparaison du coût d'une maison solaire en France et aux USA

Grâce à un lien transmis par un lecteur :

******************************************

Le prix des maisons en France et aux Etats-Unis

La maison individuelle américaine revient presque deux fois moins cher que sa jumelle française avec, pourtant, l'emploi de matériaux similaires. La raison ? Des taxes et charges plus basses aux Etats-Unis.

Comparaison du prix de revient d'une maison individuelle en France et aux Etats-Unis (en euros).

France
Etats-Unis

Coût des matériaux

30 185 Euro

30 185 Euro

Salaires nets des ouvriers

39 180 Euro

41 925 Euro

Charges sociales

30 795 Euro

6 250 Euro

Assurances obligatoires

8 537 Euro

Néant

TVA

23 935 Euro

Néant

Taxes diverses

8 537 Euro

1 068 Euro

Frais administratifs

11 280 Euro

1 525 Euro

Total

152 449 Euro

80 953 Euro

Source : Fédération nationale des constructeurs
Donc aux U.S.A., une maison coûte presque deux fois moins cher, pourtant on est un peu mieux payé pour la construire, les matériaux sont de meilleure qualité....

Aux U.S.A., la situation foncière est bien meilleure qu'en France où les terrains ont presque tripé en 2 - 3 ans...!!!


******************************************

Mon commentaire :

Or les USA n'ont pratiquement pas de politique étaique de logement (du moins, si l'on compare avec la France).

C'est bizarre autant qu'étrange. Cette comparaison est totalement à contre-courant de ce qu'on entend en France qui est à peu près :

«Heureusement que l'Etat intervient fortement avec sa politique du logement, sinon les prix grimperaient et les plus faibles ne pourraient plus se loger. La politique étatique de logement très interventionniste est une nécessité sociale. D'ailleurs, l'Etat n'intervient pas assez.»

Nous mentirait-on ou ceux qui tiennent ce discours seraient-ils incompétents ? Je m'interroge.

7 commentaires:

Pierre Robes-Roule a dit…

Ayant vécu aux USA, je ne suis pas sur que les maisons américaines soient d'aussi bonne qualité. Il y a souvent du bois contre-plaqué et rarement de la pierre (parpaing) et encore plus rarement du béton pour les immeubles. Elles sont beaucoup plus grandes mais trés mal isolées sauf dans les Etats du Nord avec l'utilisation de bois massif. Mais glabalement c'est les matières sont assez proches en terme de prix. Leur durabilité est moins importantes, ce qui est un avantage en fait car cela permet un renouvellement plus aisé et paradoxalement permettra (c'est déjà) le cas des maisons plus efficace en matière termique.

Ce qui est désagréable aux USA comme en France, c'est ce mythe de la maison individuelle qui créer des zones résidentielles sans ames avec à chaque fois des km de voitures à faire pour la moindre baguette de pain (france) ou le moinde hamburger.

Mais la aussi petit à petit, les américains sont en train de changer. Ils se posent la question de la ville mais en attaquant le problème non pas par l'Etat mais une vraie réflexion collective de la vie en communauté. Cette réflexion inquiète drolement d'ailleurs les gens de wall Mart dont le modèle est celui de la trés trés grande surface en périphérie des villes.

Bref, les USa sont vivants, complexes, en mouvement. Il m'arrivent de les envier.

Pascale a dit…

Petite info complémentaire : mon frère est en train de faire construire une maison et envisage d'y installer directement un panneau solaire sur le toit. Un des professionnels à qui il a eu à faire lui a expliqué que tous les dispositifs d'aide et de crédit d'impôt sur ces types d'équipement (panneaux solaires, pompes à chaleur, etc) faisaient qu'ils sont en fait vendus deux fois plus chers qu'ils ne le devraient...
Il est certain que libéraux et étatistes en tireront deux conclusions diamétralement opposées !
Bravo pour votre blog, et meilleurs voeux de liberté pour 2008 !

fboizard a dit…

«libéraux et étatistes en tireront deux conclusions diamétralement opposées !»

Si les étatistes étaient capables de tirer des conclusions de quoi que ce soit, ils ne seraient pas étatistes.

vincent a dit…

Petits compléments :

1) Il y a une douzaine d'états fédérés qui ont des politiques d'encadrement du logement parfois pires qu'en France. La Californie en étant le paroxysme.

Dans cet état, les prix de terrains constructibles sont absolument inabordables.

En contrepartie, la plupart des USA "du milieu" restent relativement "free land use". Les terrains y restent peu chers.

2) A part le Texas, la douzaine d'états ci dessus évoqués sont en général parmi les plus peuplés. Donc une part importante des américains vit en territoire plus ou moins fortement "réglementé", sujet aux bulles immobilières, dont on voit les effets aujourd'hui.

3) De nombreuses villes US ont parfois encore aujourd'hui un contrôle des loyers, plus ou moins dur. En général, les quartiers concernés sont "chauds" et pouilleux.

4) A noter: c'est à Houston, ville où le terrain est le moins cher parce que très peu réglementé, que l'on trouve la plus forte proportion de constructions "en dur" avec pierre et briques, comme quoi, quand la réglementation foncière ne mange pas le budget des ménages, ceux ci construisent du "bon" et "dur".

5) Ronald Reagan a beaucoup fait pour réduire les interventions fédérales dans le logement, notamment en coupant dans les "bills" pour financer du social housing.

Enfin, (6) Un peu de pub:

Les effets pervers de l'intervention publique dans le logement en France sont analysés, et des solutions radicalement différentes exposées, dans mon livre "logement, crise publique, remèdes privés"
http://www.amazon.fr/dp/2878941365/

plus d'infos sur
http://www.crisepublique.fr

7) Bonne année à tous !

blabla a dit…

L'assurance ...on la paye pour en espérant ne jamais s'en servir (d'ailleurs en générale les clauses sont telles qu'elle a une forte probabilité de ne pas servir).
Votre analyse me parait dangereuse malgré tout ...Je pense qu'un certain nombre d'américains se mordent les doigt aujourd'hui de ne point avoir cotisé à une assurance ... Le systeme de financement le plus adopté était visiblement (voir le mois d'aout ) aussi trés risqués
Rappelez vous l'homme qui chute de l'immeuble ...à chaque étage en passant il dit "jusque là tout va bien"
Le modèle américain est aussi un mythe pour une bonne part des gens. J'ai vécu également aux USA et je peux vous dire que je ne changerais pas ma maison de brique contre la maison de bois (cf les 3 petits cochons ....)

DoM P a dit…

Woua... Blabla... Vos références sont stupéfiantes de pertinence.
A l'image de votre pseudo, en somme.

blabla a dit…

l'ouragan Katrina aurait moins haché de bois si les maisons etaient construite dans des matériaux un peu plus résistants ... Les tornades et autres ouragans sont selon les régions des USA des choses fort communes ...et fond beaucoup de dégats qui coutent fort cher ma fois (surtout sans assurance ! )...

Je vois que vous avez bien perçu l'humour de ma référence (je ne me prends pas pour un analyste de haut vol) c'était une façon d'illustrer un fond de bon sens ...certe le bois est pas cher mais il n'y pas de miracle on a ce que l'on paye

je conviens par contre de l'accablant constat mis ici en exergue dans le billet sur la partie "poid" de l'état dans l'addition qui était par ailleur le sujet principal.
Veuillez trés cher Dom P accepter mes plus plates excuses d'avoir perturbé votre lecture je ne m'y risquerais plus n'ayant visiblement ni le niveau ni la pertinance des références , ni le pseudo adéquat en somme.

Voyagez et vous verrez le monde tel qu'il est !