vendredi, janvier 04, 2008

Les injonctions paradoxales : arme de manipulations étatiques

Puisque j'en suis à parler Jacques Rueff, voici une citation :

«Toutes les turpitudes de notre régime, j'en ai toujours trouvé la source dans des interventions de l'État. Les systèmes malthusiens donnent à leurs auteurs toutes les apparences de l'action généreuse, alors qu'ils organisent la misère et la ruine.»

Bien entendu, elle s'applique admirablement aux politiques dites du logement ou de l'emploi.

Mais cela fait partie d'une habitude étatique plus vaste.

Les psys connaissent bien l'injonction paradoxale, qui est un excellent moyen de contrôle et de manipulation. La femme qui dit à son mari : «Sois plus viril.» le coince, le met en état d'être manipulé.

En effet, soit il se montre plus «viril», mais il ne fait alors qu'obéïr à sa femme, ce qui n'est pas très viril. Soit il désobéit et il reste une loppe.

Or, l'Etat français use et abuse de l'injonction paradoxale, peut-être même pas consciemment, tout comme la femme que je prenais en exemple, tout simplement parce que, là encore tout comme la femme, il manque de respect, par réflexe, par habitude, par dureté, par bêtise, à son interlocuteur.

Prenons un exemple, vous allez vite comprendre, ensuite, vous en trouverez vingt ou trente vous-mêmes, ils abondent.

Le I de RMI signifie Insertion. Autrement dit, on enjoint à l'allocataire de s'insérer tout en lui donnant les moyens de se désinsérer.

Autre exemple : la DGAC clame à tous les vents qu'il faut que les pilotes privés se responsabilisent. Soit. Que fait-elle ? Elle les encadre de réglements tellement abondants qu'ils sont toutes les raisons de se sentir déresponsabilisés.

Et ainsi du reste.

Je peux même lancer un concours auprès de mes commentateurs parisiens : celui qui donnera l'injonction paradoxale étatique que je trouverai la plus plaisante (je suis seul juge) gagnera une galette individelle des rois Pierre Hermé à retirer rue de Vaugirard (métro Pasteur).

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Je me lance :
L'état assure des missions de service public

Anonyme a dit…

Je tente aussi ma chance :

LA THÉORIE :
"Luttons contre les discriminations d'emploi envers les séniors"

LA PRATIQUE :
Les conditions d'admission dans la fonction public : moins de 25 ans le plus souvent !

Pierre Robes-Roule a dit…

c'est un scandale de limiter ce concours aux parisiens. Je suis en province. C'est du flagrant délit de parisianisme !

Ceci dit, comme injonction paradoxale, il y en a une que j'ai souvent entendu dans les entreprises à ses salariés : "Vous devez Innover !"

C'était d'ailleurs une des IP de Sego pendant la campagne.

Attention à ne pas les confondre avec des truismes.

Je ne sais pas si le mot suivant rentre dans votre catégorie mais il vous fera rire, il provient du site legrennelle-environnement.fr :

"Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas..."

fboizard a dit…

Attention, l'injonction paradoxale, aussi connue sous le nom de double contrainte (bien qu'il y ait une nuance entre ces deux termes), est une technique fort subtile, ce n'est pas un simple paradoxe.

Méditez mes exemples. J'en ajoute deux :

1) «Sois spontané»

2) «Courage ! Fuyons !»

Dans l'injonction paradoxale, il ne faut pas oublier l'injonction, qui enferme le sujet.

Je suis cruel en vous imposant de rester dans le cadre de l'Etat, mais je vous ai cité deux exemples qui devraient vous mettre sur la voie.

Sans y avoir réfléchi bien loin, je pense qu'il y a quelques domaines où l'Etat est créatif en injonctions paradoxales :

1) l'assistanat

2) le logement

3) l'écologie

Pour les provinciaux, je signale que Pierre Hermé a une boutique au Japon.

fboizard a dit…

A propos du RMI, je ne sais pas si il y a des intentions perverses.

Mais derrière le prurit réglementaire de la DGAC, les intentions perverses sont claires :

Bien sûr, il n'y a de problèmes qu'en cas d'accident, d'incident ou de situation difficile :

1) Sois le pilote se retranche derrière le fait qu'il a respecté les réglements, dans ce cas on lui reprochera de ne pas avoir fait preuve d'initiative.

2) Sois le pilote agi au mieux de son jugement, et il y a toutes les chances qu'il ait enfreint un réglement.

Bref, quoiqu'il arrive, le pilote en difficulté est en tort, donc à la merci de l'arbitraire administratif.

Pierre Robes-Roule a dit…

"Pour une économie de marché écologique et sociale"

source papier du PS sur l'économie de marché et qui doit s'entendre comme "l'économie de marché doit être écologique et sociale."

1/ Double contrainte ecolo et sociale
2 je reste dans le cadre de l'Etat. Avec le PS aucun risque !

Bien évidement, j'ai gagné. Etant en province, pour la galette mangé la pour moi. Si ma victoire est constesté, j'ai le PDF entier du PS sur l'économie de marché donc pas mal de munition.....

fboizard a dit…

PRR, vous trichez lamentablement : le concours porte sur des injonctions paradoxales étatiques.

Pas sur un parti d'opposition atteint de l'équivalent politique de la maladie de la vache folle, la tremblante de Hollande.

Pierre Robes-Roule a dit…

Je triche ! Mais bien sûr puisque nous raisonnons dans le cadre de l'Etat !

Anonyme a dit…

J'aime bien aussi "Rebellez-vous !"
Bien qu'elle ne soit pas exclusivement d'un usage gouvernemental...

fboizard a dit…

Ce concours est moins fertile que je ne pensais.

J'augmente l'enjeu : la galette sera AU CHOCOLAT.

Anonyme a dit…

Bigre, pour une couche de chocolat, laissez-moi retenter ma chance !

Je trouve toujours profondément embarrassant que, lors des débat (présidentiels notamment, mais aussi dans les émissions de type "C dans l'air"), lors de débats donc, l'un des protagonistes exhorte l'autre à "répondre franchement" ou à "être honnête".

Cette simple injonction sous-entend que son interlocuteur avait jusque-là caché son opinion profonde, voire délibérément menti. Et le piège est sournois :
- si la réponse faite est identique aux précédentes déclarations, les spectateurs du débat, en attente de révélations, sont déçus ;
- et si la réponse est différente, ils se voient ainsi confirmer que l'invité était un menteur...

Et on ne m'ôtera pas de l'idée que toutes ces techniques de déstabilisation / décrédibilisation sont enseignées à l'ENA et chez les syndicalistes...

Papamonloulou a dit…

"Travailler plus pour gagner plus".
Belle injonction paradoxale pour ceux qui bossent déjà en heures supplémentaires et qui ne sont pas payés.

Anonyme a dit…

La discrimination positive, que je soutenais il y a encore quelques années, est un exemple criant de injonction paradoxale. Quand l'objectif devrait être celui d'avoir une société libre et méritocrate, dans laquelle l'envie de réussite des entrepreneurs plus efficaces, parce que sans préjugés, est récompensée.


Mais le plus beau est "moraliser le capitalisme " quand on sait que le capitalisme est amorale quand il se nourrit de conflits d'intérêt, de corruption des institutions et des distorsions de la concurrence provoquées par le pouvoir politique.