lundi, juillet 13, 2009

La sempiternelle pantalonnade des immigrés clandestins

Sans papiers, mais pas sans articles

Un «sans papiers», dans un français correct, c'est-à-dire non perverti par la novlangue bien-pensante, ça s'appelle un immigré clandestin, c'est un hors-la-loi, comme les meurtriers, les violeurs et les pilleurs de troncs d'église.

7 commentaires:

Silvere Tajan a dit…

Oui, au sens propre hors-la-loi en effet.

Tout comme celui qui conduit sans ceinture, ou fait du 135 km sur une autoroute déserte, ou comme celui qui télécharge le dernier Britney Spears sur BitTorrent, ou qui ne paye pas sa redevance télévisuelle. Hors la loi comme celui qui réévalue pas chaque année sa résidence principale au prix réel du marché pour le calcul de son ISF. Hors la loi comme la baby sitter qui ne déclare pas ses revenus au Fisc. Hors la loi celui qui paye sa femme de ménage au noir. Hors la loi celui qui stationne où il ne devrait pas.

Hors la loi, celui qui traverse en dehors des clous.

Comme quoi, c'est pas vraiment une question de vocabulaire, plus une question de bien choisir ses exemples dans les comparaisons.

fboizard a dit…

«Hors la loi comme celui qui réévalue pas chaque année sa résidence principale au prix réel du marché pour le calcul de son ISF.»

C'est pas gentil pour Ségolène Royal.

Permettez moi tout de même de considérer l'immigration clandestine comme plus grave que tous les exemples que vous citez.

Silvere Tajan a dit…

@fboizard :

> C'est pas gentil pour Ségolène Royal

vous avez reçu mon clin d'oeil ;)

> Permettez moi tout de même de
> considérer l'immigration
> clandestine comme plus grave que
> tous les exemples que vous citez.

Absolument. Et moins grave que tous les exemples que vous citez.

fboizard a dit…

C'est une question de quantité : 1 immigré clandestin, c'est moins grave que tout, mais 100 000 immigrés clandestins, c'est plus grave que tout.

Je vous rappelle qu'on estime qu'en 2050, plus de la moitité de la population vivant en France (je n'ose dire française) sera d'origine africaine.

Je trouve cela catastrophique. Casera la disparition de la France. Pas une mutation, pas un changement, la disparition. Comme la Gaule a disparu.

teddy bear a dit…

Un des problèmes qui n'est pas soulevé par le terme sans-papier : on ne peut pas mettre sur le même plan un immigré illégal présent depuis 3 mois sur le territoire qui vit du trafic de drogue et un autre présent depuis 30 ans qui travaille et qui ne demande que ça ( oui, cela existe). Tous deux on bénéficié d'un laxisme, mais l'un a contribué à créer de la richesse, l'autre à en détruire.

Théo2toulouse a dit…

@teddy bear :

Désolé mais un dealer qui se contente de dealer sans commettre de torts à autrui ne détruit pas des richesses, il en crée sauf que le produit de leur vente échappe totalement à la mafia étatiste, qui elle ne se gêne pas pour dealer au prix fort de l'alcool et des tabacs. Avec une différence notoire : un dealer ne viendra jamais vous faire la morale après une transaction.

Faut pas oublier qu'Al Capone a dû sa fortune grâce à l'Etat et qu'il
et qu'il est tombé parce qu'il ne lui donnait pas une partie de son gigantesque butin et qu'il affichait un luxe ostentatoire alors qu'il n'avait aucune activité professionnelle déclarée.

"l'immigration clandestine comme plus grave"

Tout à fait, ces clandestins violent les droits de propriété des occupants d'un territoire qui ne les ont pas invités.

Vous noterez que ce sont vivant d'argent volé et donc du viol de la propriété (politocards, bourreaucrates et fonctionnaires) qui incitent à faire venir toute la misère du monde dans notre pays, mais jamais à leurs frais.

Tom a dit…

Peut-être l'ai-je déjà dit mais j'ai l'impression qu'on a là un des moyens cité par Machiavel de s'approprier d'un état : la colonisation.

J'ai la nette impression que c'est ce qui se passe maintenant.

Ce soir en rentrant de mon boulot (Paris), j'ai vu un "jeune des cités" qui arborait un t-shirt où on voyait la France aux couleurs de l'Algérie, t-shirt sûrement acheté grâce aux allocations produites en partie par mes efforts.

Alors évidemment, ça ne fait qu'une anecdote négative de plus qui s'ajoute aux autres et qui, évidemment, n'est pas représentatif de la pensée de ces "jeunes des cités" qui ne cherchent qu'à s'intégrer. Un autre fait divers qui ne cherche qu'à enfoncer cette partie de la population...

Je connais des gens immigrés qui triment comme des dingues, ne cherchent pas d'histoire à défaut de s'intégrer mais dont les enfants s'intègrent parfaitement. Malheureusement, ceux-là vont payer pour les "autres". Oui, j'ai conscience que ce genre d'auto-justification est éculée.

On pourrait chercher des excuses à ces gens indésirables et se persuader qu'ils ont un bon fonds mais le tournant qu'ont pris les actions à leur encontre me fait penser que rien de bon ne peut en résulter. (et en plus, j'ai tendance à dire que l'on est forcément responsable à un moment donné et qu'il y a toujours le libre-arbitre quelque part, celui qui permet de dire "stop, ce que je fais n'est pas bien")

Dans les années qui viennent, soit on aura un vague de xénophobie, soit cette politique abjectement électoraliste continuera à se poursuivre, soit on aura enfin un président bronzé de façon permanente, le tout sous la bienveillance idiote et multi-culturelle de la population.