jeudi, février 21, 2013

On achève bien les héros

On achève bien les héros

Que la nouvelle de cette agression n'ait pas fait le tour des journaux illustre bien l'immonde saloperie de notre époque : on se gargarise sans pudeur d'antifascisme, mais les antifascistes, on les préfère virtuels, morts ou communistes.

Quand il leur arrive, ou qu'ils disent, des choses qui dérangent, on les oublie.

Aucun commentaire: