dimanche, février 03, 2013

Zero dark Thirty



Ce film raconte la traque de Ben Laden.

Conséquence : une de ces polémiques avec lesquelles les connards à belle âme des deux cotés de l'Atlantique cassent les couilles des honnêtes gens : en montrant des scènes de torture permettant d'obtenir des renseignements utiles, ce film ferait l'apologie de la torture.

Soyons clairs : quand il s'agit de démanteler un réseau (cas de la traque de Ben Laden), la torture pratiquée rationnellement est efficace. Nous avons l'expérience de la Résistance en France ou de la bataille d'Alger.

La question de la torture est politique et morale : à quoi cela sert-il de démanteler un réseau si deux autres se créent ? Mais ce n'est pas le sujet du film.

Une polémique moins violente, me semble-t-il plus fondée : le film trahirait des informations protégées, «classifiées» comme on dit en franglais. J'ai effectivement été étonné par l'exposition de certaines méthodes. Si j'avais été terroriste, et à condition que je ne sois pas déjà informé, cela m'aurait inspiré d'utiles réflexions.

Revenons donc au film : il est haletant, bien construit. Il est franc : il nous rappelle que nous sommes en guerre.

Je n'aime pas l'expression américaine «global war on terror», ou «guerre contre le terrorisme» en français, car trop vague, trop lâche. Nous sommes en guerre contre les islamistes, qui se veulent nos ennemis (pour des raisons que je comprends, même si je ne les partage pas). Mais désigner l'ennemi aussi précisément obligerait à s'interroger sur les musulmans en Occident, leur nombre, leur comportement, leur inflation.

On sent chez la réalisatrice le désir d'honnêteté, malgré certaines facilités mélodramatiques.

Enfin, l'actrice principale pose une question fort intéressante : «Pourquoi Ben Laden a-t-il fait confiance aux Pakistanais (confiance justifiée puisqu'ils ne l'ont pas trahi, pour ce qu'on en sait) ?». Le film n'y répond pas car tous ceux qui pourraient avoir des éléments de réponse ont disparu de la circulation.

Le Pakistan, ce pays poudrière : allié des Etats-Unis et de la Chine, ennemi de l'Inde et des Etats-Unis, ennemi et soutien des islamistes, populeux, instable et chaotique, doté de la bombe atomique. Le rêve.

La critique de Causeur :

Ben Laden et l'honneur d'une femme


Aucun commentaire: