lundi, mai 27, 2013

Police politique, Valls ?



Cette video trouvée sur le Salon Beige appelle de ma part plusieurs commentaires :

1) la police est formée pour être obéïsssante. Elle a toutes les dispositions et les compétences pour être une police politique. Il suffit que le pouvoir le veuille.

Or, le pouvoir actuel pousse le Deux poids, deux mesures dans le maintien de l'ordre à un point qui transforme de facto la police française en police politique.

2) Il est normal que, lorsque les manifestants n'obéissent pas aux injonctions de la police, il y ait une réaction violente des CRS. Le comportement des casqués ne me choque pas. La suite doit être juridique : les ordres étaient-ils dans les formes ? La réaction proportionnée ?

3) Le rôle des policiers en civil est beaucoup plus trouble. Ils doivent normalement repérer et extraire les meneurs. On peut penser à la vue de certaines images qu'ils ont plus un rôle de provocation et de terreur, au sens où ils frappent au hasard et de manière disproportionnée. Ils sont la vraie police politique.

4) Maintenant, la suite à donner est claire : la guérilla juridique.

Je pense que Manuel Valls, peut-être mal renseigné ou mal conseillé (il ne faut pas oublier que préfet de police est un incompétent notoire sorti de plusieurs années de placard grâce à ses relations avec Jean-Marc Ayrault), a commis une erreur grossière d'appréciation.

Pensant décourager les manifestants par des rafles arbitraires (là est la principale erreur), il leur a fourni des munitions juridiques contre lui. Peu importe au final le résultat, s'il y a condamnation ou non : menées par de bons avocats, et je ne doute pas qu'il y en ait dans les rangs du Printemps Français, ces affaires vont durer et Manuel Valls va les trainer comme des boulets. Chaque manifestation de droite ravivera ces plaies.

Qu'aurait-il du faire ? Rien, tout simplement. Les Veilleurs restent sur l'esplanade des Invalides toute la nuit, et alors ?

Il y a un paradoxe amusant. Ce sont les socialistes qui sautent comme des cabris en criant  «L'Europe ! L'Europe !» ils risquent bien de se prendre une mandale par cette Europe.

Finalement, ils vont être emmerdés par là où ils ont pêché : copinage (nommer un préfet incompétent mais ami), mépris de leurs opposants, européisme. Etonnant, non ?

Nota : ça continue :

Rafle devant le lycée Buffon

A quoi ça rime de mettre en garde à vue des pères à poussette et des femmes enceintes ? Le gouvernement voudrait maintenir la motivation des opposants qu'il ne s'y prendrait pas autrement. Stratégie machiavélique de division de la droite ou connerie pure ?

Aucun commentaire: