samedi, janvier 11, 2014

Bertez sur Hollande-Gayet

Bruno Bertez est encore plus cinglant que moi :

Bertez Hollande-Gayet

Deux extraits :

**************
Tout ceci pour dire que l’homme public, celui qui se prétend le chef ne doit absolument offrir aucune prise.

Qui dit faiblesse dit possibilité de chantage, qui dit possibilité de chantage dit perte de vue de l’intérêt public et qui dit perte de vue de l’intérêt public dit également inaptitude à remplir sa mission.

Nous ne voulons pas dire que les histoires de culs sont interdites aux puissants, ce que nous voulons dire, c’est que la volonté de les garder secrètes est criminelle. Le mieux pour un dirigeant est d’affronter la vérité de son comportement et, s’il le juge utile, de s’en expliquer. Il coupe ainsi l’herbe sous les pieds de ceux qui voudraient abuser de la connaissance de ce qui est caché.

Les Rois de France ont eu beaucoup de maîtresses et même de favoris mignons, ils ne s’en cachaient point. Au contraire, c’était un attribut de leur position. Il faut oser être ce que l’on est. Il faut oser montrer au public ce que l’on fait.

Ne vous y trompez surtout pas. Nous ne nous exprimons absolument pas au titre de l’ordre moral. Peu nous importe fondamentalement la misère sexuelle de ces gens. Ce qui nous importe, c’est l’interférence entre la politique et ce domaine qui était auparavant intime et privé. Notre commentaire ne vise qu’une chose, il vise la volonté de garder secrets des faits et des comportements qui peuvent être assimilés à des faiblesses et, à ce titre, nuire à l’exercice du Pouvoir.

Contrairement à ce que pensent les puissants, la liberté totale de parole en démocratie s’impose. Cette liberté de parole, dans la mesure où elle révèle tout, les met à l’abri de ce que nous évoquons ci-dessus, les pressions et les chantages.
**************

Rappelons par exemple que Charles Hernu, futur ministre de la défense, était devenu un correspondant des services secrets bulgares. Ils l'avaient aidé à joindre les deux bouts dans sa jeunesse parce qu'il abusait des bons restaurants et des jolies femmes plus que son salaire ne le lui permettait.

Et la vacherie :

**************
Le Pouvoir, surtout quand on n’est pas fait pour, et que l’on n’en pas l’envergure, crée des stress qui bien sur doivent être évacués, c’est ce que l’on appelle le repos du guerrier, les faiblesses féminines à répétition s’inscrivent dans ce cadre.
**************

On remarquera que Churchill et De Gaulle, qui eux semblaient être faits pour le Pouvoir dès le biberon et aussi à l'aise dans une guerre mondiale qu'un épicier dans sa boutique, n'étaient pas tellement portés portés sur le repos du guerrier. Ils étaient plutôt du genre à mépriser ces basses contingences charnelles.

Il est vrai que, pour sacrifier au repos du guerrier, il faut se reposer alors qu'ils étaient de gros travailleurs.

Au contraire, s'il en croit Martine Aubry, François Hollande est un paresseux qui ne travaille pas ses dossiers. Il a du temps libre pour la bagatelle.


Aucun commentaire: