samedi, janvier 11, 2014

Le choc de simplification, c'est simple comme bonsoir

Tous les maillons de la chaine bureaucratique (ministres, hauts fonctionnaires, parlementaires, petits fonctionnaires) justifient leur existence en pondant des textes qui emmerdent les Français. C'est leur raison d'être, ce qui justifie qu'ils soient payés à la fin du mois.

Plus il y a de ministres, de hauts fonctionnaires, de parlementaires et de petits fonctionnaires, plus il y a de complexité administrative. C'est mécanique : elle fait vivre ces gens.

Comme les effectifs des sus-nommés n'ont cessé d'augmenter depuis trente ans, la complexité administrative augmente du même pas. C'est logique, imparable.

La solution est comprise dans ce diagnostic : pour obtenir une simplification administrative, il faut et il suffit de diminuer le nombre de ministres, hauts fonctionnaires, parlementaires, petits fonctionnaires, de leur dire «Au revoir, bye bye, tchao, bonsoir, on n'a plus besoin de vous».

Hors de cela, pas de simplification administrative possible. Toutes les autres idées, c'est comme pisser dans un violon. Et je ne crois pas que la réduction drastique de la fonction publique soit ce que François Hollande a en tête.

Donc, on va en rester à l'incantation.




Aucun commentaire: