lundi, février 17, 2014

La nef des fous

Je vis dans la nef des fous.

Un illuminé a une idée loufoque. Il obtient un financement universitaire, au nom de la liberté de recherche. Comme c'est un fou, il est plus motivé pour promouvoir son obsession que les sains d'esprit pour le contredire.

Dix ans plus tard, il a un groupe de suiveurs fanatiques constitué de ses anciens étudiants les plus barjots. Ils militent et noyautent. Vingt ans plus tard, les journalistes, toujours aussi cons, sont séduits par la perspective de choquer et promeuvent cette idée folle sous prétexte que tout ce qui dérange est bon. Et ils attirent les crétins pour qui la nouveauté est un argument suffisant.

Trente ans plus tard, des politiciens reprennent cette idée parce qu'ils
ont repéré une clientèle associée. Les honnêtes gens laissent faire car ils ont autre chose pour occuper leur vie que combattre des dingues.

Et, ainsi, par la technique du salami, les fous prennent le pouvoir.

La racine du mal ? Le naufrage de la common decency. A chaque étape (université, militantisme, journalisme, politique ), la honte de favoriser des idées grotesques devrait bloquer le progrès de ces folies. Mais, à l'heure du relativisme et du non-judgementalism, qui osera dire, tout simplement : "Non, c'est absurde." ?

Aucun commentaire: