jeudi, août 21, 2014

Joffre, l'âne qui commandait des lions (R. Fraenkel)

C'est un des meilleurs pamphlets que j'ai lu depuis longtemps. Le style est incisif, cruel, et le fond me paraît juste.

C'est bien ce qui me gêne : un pamphlet contre un type mort il y a quatre-vingts ans, c'est de mauvais goût. Même si je pense que l'auteur a l'excuse d'être dans le vrai et d'essayer de faire pièce à une propagande maligne.

Fraenkel accuse Joseph Joffre d'être responsable de l'horrible hécatombe d'août 14 (environ 300 000 morts en 3 semaines !) et d'avoir falsifié les documents pour le cacher (les magouilles de Joffre antidatant des documents pour s'attribuer la paternité de la bataille de la Marne sont mieux connues).

Pire, et c'est une tache ineffaçable sur l'honneur de Joffre, il a osé écrire, pour se dédouaner, que les troupes françaises n'avaient pas montré les qualités offensives qu'on attendait d'elles.

Quand on sait les actes de bravoure insensés qu'on a vus cet été là, c'est à hurler : ce messager blessé, qui préfère porter son pli plutôt que de se faire soigner et qui meurt d'hémorragie une fois sa mission accomplie, n'est-ce pas un trait digne de Philippidès à Marathon ? Cet officier blessé trois fois dans la même journée et qui chaque fois retourne au feu. La quatrième fois est la bonne : la blessure est mortelle. Ce régiment qui se fait hacher menu à Morhange, sur les 1000 partants, 50 survivants, cela vaut bien les Thermopyles ?

Quelle est la thèse de Fraenkel ? Joffre a toujours prétendu qu'il n'avait pas vraiment de plan d'opérations. Pour Fraenkel, c'est faux, il en avait un, mais tellement mauvais qu'il a préféré passer pour un imbécile imprévoyant que pour un fou criminel.

La plan de Joffre d'après Fraenkel : laisser les Allemands s'avancer à travers la Belgique et le nord de la France, puis couper les têtes de l'hydre par une attaque du sud vers le nord sur les arrières des colonnes ennemies, du coté des Ardennes. Le tout avec la seule armée d'active, les réserves étant tenues pour négligeables.

Cette conception est folle : elle ne tient aucun compte de la géographie, de la logistique et des possibilités de manoeuvre. Elle a d'ailleurs échoué avant même d'avoir commencé. C'est d'autant plus fou que début 1914 un exercice sur table simulant l'entrée des Allemands par la Belgique (Gallieni avait pris le commandement des armées allemandes !) a permis d'étudier plusieurs possibilités et d'aboutir à la conclusion dont nous avons des raisons de penser, avec notre savoir rétrospectif, qu'elle était la meilleure : stopper les Allemands au plus tôt en engageant les réserves avant qu'ils n'aient le temps de développer leur offensive.

En 1914, l'armée française fut sauvée par Lanrezac qui recula après le désastre de Charleroi, contre les ordres reçus de Joffre (il en fut limogé) et par Gallieni, qui prépara deux semaines à l'avance ce qui allait devenir la victoire de la Marne.

Nul en stratégie, Joffre a eu des méthodes de commandement dégueulasses, n'hésitant pas à mentir sciemment à ses subordonnés sur les effectifs de l'ennemi du genre «Allez-y à fond, il n'y a quasi personne devant», ce qui explique en partie les charges folles.

Bref, en plus d'être nul à la guerre, Joffre est enfoiré et mesquin.

Tout cela est connu des gens qui ont nommé Joffre.

Sa seule expérience du feu est une escarmouche du coté de Tombouctou. Il n'a jamais commandé d'armée ni travaillé en état-major. Il a toujours été assez médiocre. Ceux qui signent sa nomination ne peuvent guère se faire d'illusions.

Malheureusement, sa nullité paraît à certains politiciens un gage de docilité (ce en quoi ils se trompent).

Joffre aurait du être fusillé dans les fossés de Vincennes, et non pas élevé au maréchalat. Mais ceux qui l'avaient nommé auraient eu de sérieux comptes à rendre.

Voilà le grand crime (malheureusement peu développé par Fraenkel) : nommer au poste suprême, en connaissance de cause, un incompétent. Et pourquoi ? Parce qu'il ne sortait pas de la «jésuitière», parce que c'était un «bon républicain». C'est avec des arguments comme cela qu'on gagne les guerres !

Et ses méfaits vont loin, au-delà de la tombe : en 1940, nous avons hérité de son adjoint, Maurice Gamelin, nommé sur des critères identiques, avec le succès que l'on sait.



Aucun commentaire: