dimanche, janvier 11, 2015

Je ne suis pas allé à la marche à Charlie (et je suis bien content)

C'est à la fin de la foire qu'on compte les bouses (j'aime bien cette expression).

Bon, ça y est, les «marches» à Charlie sont finies. Gigantesques, historiques et patati et patata. Et alors ?

Parce que le défilé de la victoire, c'est clair : on en a chié mais, à la fin, on en a foutu plein la gueule à l'ennemi, on a violé ses femmes, pillé ses maisons et pendu deux ou trois traitres. Bref, on a gagné. On défile, on se bourre la gueule et on passe à autre chose.

Mais les marches à Charlie ?

On s'est frotté le lard entassés comme des sardines et on a pleurniché avec des inconnus dont on écrase habituellement les pieds dans le métro tout en gueulant dans son portable sans égard pour le voisinage.

Et ensuite ? Que faut-il comprendre ? Que c'est l'équivalent du défilé de la déclaration de guerre ? Le départ la fleur au fusil, la victoire en chantant nous ouvre la barrière, la liberté guide nos pas, du nord au midi la trompette guerrière et tout et tout ?

Pour une déclaration de guerre, c'est pas bin nerveux. L'ennemi n'est même pas désigné. Pire, on rechigne à le désigner. C'est pas bien de le désigner . Dans ces trois expressions, trouvez l'intrus : terrorisme catholique, terrorisme bouddhique, terrorisme islamique. Tic, tac, tic tac ... Quoi que c'est-y la bonne réponse ?

Moi, les marches à Charlie, ça me rappelle bien un truc : les marches blanches, qui n'ont jamais empêché Dutroux de violer les petites filles.

Comme il faut pas être con, que me faire usiner le derrière, c'est pas mon truc, j'en tire les conséquences : demain, je mets mon slip en kevlar (on sait jamais, s'ils ont un Dutroux muze), j'achète un Coran et je passe à la mosquée du coin pour me faire des copains.  Quand la Ripoublique Islamique Modérée du Frankistan sera proclamée, je serai du bon coté du manche.


*******
L'excellent titre de Christian Vanneste :

Plus on marche, moins on avance ?

et

Mobilisation sans précédent contre la guerre et la mort





Aucun commentaire: