samedi, juillet 04, 2015

BBC et islamisme : les Anglais sont aussi fous que nous

État islamique ou Daech : la BBC accusée de faire le jeu des terroristes

***************
La BBC est prise à partie dans une polémique avec des politiciens britanniques sur son usage du terme «État islamique» à l'antenne.

[…]

Des députés se sont engouffrés dans la brèche et 120 d'entre eux, dont le maire de Londres Boris Johnson, ont signé une lettre demandant au groupe audiovisuel de cesser d'employer «État islamique». Il causerait du tort aux musulmans dans leur ensemble et semblerait légitimer le califat.

[…]

Le patron de la BBC, Tony Hall, a répondu à la pétition en refusant de changer d'appellation, au nom de l'«impartialité» journalistique qui s'impose à elle. Il estime que Daech serait péjoratif et utilisé uniquement par ses ennemis. Il tient à continuer à évoquer l'Etat islamique par la dénomination qu'il s'est donnée. Depuis quelques jours, cependant, les présentateurs évoquent à l'antenne des périphrases comme «l'autoproclamé» ou le «soi-disant» État islamique.

[…]

Chris Grayling a comparé le souci d'impartialité de la BBC face à l'EI au «phare» qu'elle a été face aux nazis durant la Seconde guerre mondiale [Le voilà, le point Goodwin. Sans lui, les politiciens contemporains seraient perdus].

[…]


Ces grands mots et bisbilles sémantiques montrent surtout que, pendant qu'on se dispute sur la langue dans laquelle on parle de lui, on n'avance guère dans la lutte contre le régime de terreur imposé par les djihadistes.
***************

Ainsi, ce sont les ultra-gauchistes de la BBC qui, par souci d'impartialité (!!!!), appellent les choses par leur nom et les politiciens prétendus patriotes qui, à cause de la chiasse verdâtre que provoquent en eux les musulmans (1), tournent autour du pot.

L'actualité nous offre parfois des moments dont l'ironie est à ce point puissante qu'elle en devient un pur bonheur. On imagine l'article désopilant qu'aurait écrit Philippe Muray de cette concurrence des politiquement corrects, d'autant plus bruyante qu'elle est vaine, face au terrorisme islamique.

Avez vous déjà vu un chien rendu fou par la peur de l'orage ? C'est exactement à cela que me font penser nos politiciens des deux cotés de la Manche.

***************
(1) : en effet, toute cette histoire de ménager la célèbre hyper-sensibilité des musulmans n'est que le masque de la trouille, de la soumission au terrorisme. Ne comptez pas sur nos politocards pour nous défendre : c'est déjà trop tard, ils sont déjà soumis.






Aucun commentaire: