vendredi, novembre 06, 2015

Pourquoi Myriam El-Khomri doit démissionner

Pourquoi Myriam El-Khomri doit démissionner

Le destin de l'apparatchik beur de service m'indiffère au plus haut point.

Mais ce que cette affaire révèle me navre (sans, évidemment, me surprendre : c'est ce que j'écris depuis dix ans) :

**********
On s’étonnera de lire de-ci de-là un concert de soutien plus ou moins franc à la ministre, sur le mode du : ce n’est pas si grave que la ministre du Travail ne connaisse pas les principales règles applicables au contrat à durée déterminée. Après tout, attend-on d’une ministre de l’Education qu’elle sache en quoi consiste le baccalauréat, attend-on d’une ministre de la Culture qu’elle sache apprécier un roman, attend-on du ministre des Finances qu’il sache lire les comptes de l’Etat ?

Le renoncement d’un certain nombre de relais d’opinion face à la compétence minimale en politique est un étrange signal du déclin français. Des esprits éminents n’attendent même plus d’un ministre de la République qu’il connaisse les grands mécanismes qu’il doit conduire ou qu’il doit réformer.

[…]

Sur le fond, Myriam El-Khomri constitue la parfaite incarnation de la décadence qui pourrit le pouvoir en France et explique notre naufrage collectif.

Pour se régénérer, la gauche pourrait faire le choix de piocher des talents dans les milieux populaires, puis de les faire émerger. Mais de talent, elle ne veut point. Elle préfère des esprits soumis, malléables, vierges comme des tablettes de cire, qui obéissent aux moindres caprices des puissants.

Myriem El-Khomri est de ceux-là : dégottée par le parrain Bartolone pour exécuter des basses oeuvres, la ministre appartient à ce lot de thuriféraires sans imagination qui répètent laborieusement leur leçon. Ils sont là pour servir leur maître et trouvent leur bonheur dans la fange de la soumission dont ils déshonorent la liberté de l’esprit. Quand elle dit : je ne suis pas là pour savoir mais pour faire une réforme, elle ne dit pas autre chose.

Cette classe d’apparatchik tue, année après année, la chose publique et l’intérêt général.

La ministre du Travail appartient à cette galaxie d’imposteurs choisis non pour leur mérite mais pour leur flagornerie, non pour leur compétence mais pour leur absence de conscience. Ces gens-là tuent la nation française à petits feux.

Le sursaut national passera forcément par leur mise à l’écart.
**********








Aucun commentaire: