mercredi, janvier 13, 2016

Cologne, Marseille : même combat

Sous la kippa, la réalité tragique d'une France menacée

Viols de Cologne : la police présumée coupable. L’antiracisme a besoin d’un bouc émissaire

Hé oui, la classe jacassante préfère se voiler la face. Les uns par nihilisme destructeur assumé, bien souvent hérité du communisme. Les autres par lâcheté et pour ne pas remettre en cause leur temporaire confort.

La trahison des « élites » (les guillemets s'imposent de plus en plus) joue un grand rôle :

Déchéance de nationalité : les Français contre leurs« élites »

Les électeurs face à des «élites» confinées dans des discussions de salon

Hélas, la fin est connue :

Kersaudy : la guerre civile inconcevable

Je connais bien ce qui s'est passé au Liban, moins en Algérie mais un peu quand même. Au vu de ces précédents, je peux vous assurer que le scénario d'une guerre civile à composantes religieuses et ethniques, en France, à l'horizon de 15 à 20 ans, n'a absolument rien de farfelu.

C'est même, comme l'explique Kersaudy, la pente que nous suivons. L'inattendu ne serait pas qu'il y ait une guerre civile, mais qu'il n'y en ait pas.

Nous avons une solution, assez aisé pour le peuple, impossible pour les « élites » : redevenir intelligents et courageux, regarder la réalité en face et faire son devoir. C'est impossible pour nos dirigeants car cela signifie détruire le montage artificiel de fantasmes et de mots creux qui les a faits ce qu'ils sont.

Un Sarkozy, un Hollande, un Valls, un Juppé, une Vallaud-Belkacem, vous leur ôtez le bagout, la « tchatche », vous leur dites « maintenant, tais toi et fais ce que dois », il n'y a plus personne.




Aucun commentaire: