samedi, août 13, 2016

A part les fusiller dans les fossés de Vincennes, je vois de moins en moins ce qu'on peut faire de nos politiciens

La circulaire passée sous silence qui supprime la notion d'immigration illégale

***********
De facto, le principe ainsi proclamé abroge l'idée de frontière ou de respect du droit de l'entrée et de séjour. Les associations humanitaires, les idéologues, les partisans de la liberté totale d'immigrer en rêvaient depuis au moins quarante ans. M. Cazeneuve et Mme Cosse l'ont fait. La question est de savoir quel sera l'ampleur de l'appel d'air que cette transformation profonde de tous les fondements de la politique d'immigration française est susceptible provoquer à terme. Le communiqué annonce une France ouverte, qui n'éloigne plus ses migrants illégaux mais au contraire les accueille. Le potentiel d'émigration est infini: des centaines de millions de personnes déshéritées et désœuvrées, dans ce monde en ébullition, ne songent qu'à trouver un point d'accueil. Le gouvernement, par ce communiqué officiel, leur ouvre les portes de la maison. Reste à savoir si la France, qui compte cinq millions de chômeurs, de gigantesques problèmes de logement, des centaines de milliers de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, un millier de cités sensibles dévastées par la violence, l'exclusion, le communautarisme, l'islamisme radical, si cette France a les moyens de ce grand appel généreux. Mais pour M. Cazeneuve et Mme Cosse, c'est une autre affaire. Et ce n'est visiblement pas la leur.
***********

Quand je parlais de fusiller nos politiciens dans les fossés de Vincennes, c'était une provocation. Aujourd'hui, je pense de plus en plus que c'est un châtiment mérité.

Autant je ne crois pas à l'assassinat politique (le système trouverait tout de suite des remplaçants et en profiterait pour supprimer l'opposition), autant punir les figures de l'ancien régime (le régime actuel devenu ancien) après un bouleversement politique me semble de moins en moins injuste.

Après tout, l'histoire de France ne manque pas de procès politiques qui se sont conclus par des condamnations à mort méritées.




Aucun commentaire: