samedi, novembre 26, 2016

Notre problème allemand

J'aime tellement l'Allemagne que je préfère qu'il y en ait deux.

Pendant des siècles, les rois de France ont eu le souci d'éviter l'unification des Allemagnes. Peut-être que le legs le plus durable, et le plus néfaste, de Napoléon, est d'avoir mis fin malgré lui à cette saine politique.

Après deux siècles de lutte acharnée, la France, l'Angleterre et la Russie se retrouvent face à cette Europe allemande qu'elles voulaient à tout prix (trente millions de morts, n'est-ce pas un prix assez élevé ?) éviter.

La démographie ne suffira pas à y mettre fin, car il n'y a pas assez de différences de qualité (je ne vous fais pas un dessin).

L'Euro est l'instrument de cette hégémonie allemande. En plus de toutes les bonnes raisons économiques de quitter l'Euro,  il y a donc celle-ci : faire éclater l'Europe allemande, pour le bien de toute l'Europe, et de la France en particulier.


Aucun commentaire: