samedi, décembre 31, 2016

Chevènement : à la mode de chez nous

Jean-Pierre Chevènement est à la mode. Engouement usurpé qui m'irrite fort, car c'est un leurre néfaste. Il faut tout de même rappeler ce qu'est Chevènement, un homme qui a toujours été en retard de trois ou quatre trains et qui a fait beaucoup de mal à la France : rouge quand il fallait être libéral, suppôt des pédagogistes quand il fallait être traditionaliste et aujourd'hui, il est souverainiste et fourrier de l'islam quand il faut être identitaire et anti-islam.

Il est devenu le refuge de tous les imbéciles qui ne veulent pas assumer la radicalité de la situation et préfèrent s'accrocher à de vieilles lunes (la république, la laïcité) qui ne sont pas à la hauteur des enjeux, certains me sont sympathiques (David Desgouilles), d'autres antipathiques (Florian Philippot, Natacha Polony).

Mais tous en commun d'avoir quelques trains de retard dans leur réflexion sur la France et son avenir. En cela, finalement, ils sont très français, du moins représentatifs d'une tendance politique française bien ancrée : il y a souvent les immobilistes qui se résignent sur le tard à des demi-mesures et les révolutionnaires, qui ont pour l'instant disparu, sauf sur ce blog :-) et peu de gens entre.








Aucun commentaire: