mercredi, février 01, 2017

Plus que jamais, qui veut faire l'ange fait la bête

Je n'aime pas le moralisme qui envahit la politique depuis vingt ans. C'est une hypocrisie et une trahison de la démocratie : pendant qu'on discute si Untel est méchant ou gentil, honnête ou malhonnête, on ne parle pas de politique et on suit toujours la même.

Oui, je préférerais des politiciens honnêtes, mais ce n'est pas ma priorité. Je préférerais surtout des politiciens qui font une bonne politique.

Petit précis de philosophie pour l’électeur Républicain qui se demanderait si on peut voter pour un candidat “failli"

Les épurateurs ne sont jamais dénués d'arrière-pensées. Il est clair que François Fillon s'est fait avoir par des ennemis plus habiles que lui. Que le public s'y laisse prendre prouve juste sa bêtise, ou ses arrière-pensées (le public a bien le droit d'avoir des arrière-pensées lui aussi).

Affaire Fillon: « Il faut séparer le temps de la campagne et le temps de la justice »

Le lynchage médiatique ou la post-démocratie.

En tout cas, si Hollande réussit à imposer Macron en éliminant Fillon avec l'aide des juges et des journalopes (1) (car c'est bien de cela qu'il s'agit), il aura réussi un coup de maître de la magouille (2). Il est incapable de grandes choses, il ne les envisage même pas. En revanche, dans les petites, il excelle. C'est un grand de la petitesse. Je n'ai pas de preuves mais c'est mon intime conviction.



Cette manoeuvre sordide est absolument dégueulasse, ignoble. Pas pour François Fillon, pour la France. Fillon, je m'en fous, pas de la France. Cela pourrit encore plus notre démocratie déjà bien malade. C'est hélas digne de l'enfoiré que nous avons élu en 2012. Les manoeuvres d'appareil, les coups de poignards (dans le dos, de préférence), les peaux de banane, il connaît. Gouverner, il ne sait pas, mais empêcher un autre de gouverner, il sait faire.

De toute façon, Hollande a déjà gagné : si Fillon persiste et est élu, il n'y aura pas d'état de grâce, il sera grillé d'entrée. S'il laisse la place, cet autre perdra face à Macron (pas le temps de faire monter une campagne en puissance).

François Fillon a été et reste mauvais comme un cochon dans cette affaire, j'en ai déjà parlé (3). Stéphane Montabert sur ses erreurs de communication :

L'ambition de François Fillon coulée par sa carrière

La seule question à se poser n'est pas « François Fillon est-il honnête ? » mais « La politique de François Fillon est-elle bonne pour la France et pourra-t-il la mettre en oeuvre ? ». Je laisse chacun répondre.

François Fillon, l'homme à faire taire


Pendant que la France politique coule, Trump avance. Les difficultés qu'il rencontre, pour un décret temporaire à propos de sept pays dont tout le monde se fout, montrent assez que cela ne sera pas une partie de plaisir quand il faudra faire la même chose en France. Mais Trump aura créé un précédent. Puissions nous un jour avoir l'intelligence de le suivre.

************
(1) : Hugues Serraf :

François Fillon a beau crier au complot, il n'a que ce qu'il mérite et Le Canard est parfaitement dans son rôle en publiant les documents et informations qui lui parviennent.

Pour autant, le journalisme d'investigation à la française est essentiellement un "journalisme de boîte aux lettres" et l'on ne peut pas ne pas s'intéresser, dans un contexte démocratique, parce que cette histoire affecte directement l'élection présidentielle, aux circonstances et au timing des révélations. De fait, une presse véritablement indépendante ne saurait se contenter d'être instrumentalisée par telle ou telle faction et considérer que le boulot est fait...

Dans la plupart des grandes affaires, lorsqu'un dossier compromettant se retrouve sur le bureau d'un journaliste, c'est que quelqu'un, quelque part, a choisi de le lui faire parvenir. Que quelqu'un, quelque part, a sélectionné une date, un média et même une plume spécifique comme outils d'une campagne de communication dont personne n'a vraiment idée du but ultime.

On imagine mal, évidemment, Le Canard se tirer une balle dans la palme en livrant lui-même le nom de ses sources. L'enquête qui devrait suivre chez les confrères, toutefois, c'est celle qui nous dirait qui est à la manœuvre et pourquoi.

(2) : l'hypothèse Dati est un leurre (mettre en place un leurre prouve l'habileté du cabinet noir de l'Elysée, dirigé par Stéphane Le Foll). Rachida n'a absolument pas les moyens d'avoir accès aux feuilles de paye de la Revue des deux mondes et de l'assemblée nationale. Ce genre de moyens ne se trouve qu'au sommet de l'Etat.

(3) : erreur stratégique : ne pas désamorcer ces affaires il y a un an ou deux. Manque de courage et d'anticipation (et de paranoïa). Pas brillant pour un vieux routier.

Erreur tactique : communication nulle. Il aurait du contre-attaquer dans l'heure (je le dis au sens littéral) en vitrifiant le paysage, en donnant des noms de ceux qui font ou faisaient comme lui et en attaquant les journalistes et Hollande.







Aucun commentaire: